• Vague à l'âme...

    MP-Ma-po-sie-mes--crits-07-09.jpg

     

     

     

     

    Elle est une mélancolie en dormance

    Elle accompagne des vies qui avancent

    Elle est souvent terriblement envahissante

    Elle met toujours le bien-être en instance

     

    Elle peut se révéler au travers de nos yeux

    Elle se moque que nous soyons valeureux

    Elle est insidieuse même en des jours heureux

    Elle est tue pour ne pas nous rendre honteux

     

    Elle n’interdit jamais avec les autres de vivre

    Elle n’est pas un ressenti que l’on délivre

    Elle est l’hôte que peu de mots décrivent

    Elle est dans la poésie que certains écrivent

     

    Elle est grâce à des mots imagés exprimée

    Elle n’est comprise que par les initiés

    Elle est une compagnie toujours ennoyée

    Elle est le vague à l’âme jamais invité

     

     

     

     

    « Tout n'est que point de vue...Le paparazzi de Metz / Jeune fille en voyage… »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    18
    lilou-52
    Dimanche 5 Mai 2013 à 21:36
    lilou-52

    Oh oui alors et elle arrive parfois sans crier gare la vilaine et pas toujours facile de la combattre quand elle veut s'installer.

    Bisou Marc et bonne journée à toi et à Bernard ! Merci pour tous ces échanges.

     

    17
    gavroche
    Dimanche 5 Mai 2013 à 21:36
    gavroche

    bonjour tres belle prose sur le vague a l'ame

    le vague a l'ame fait gentiment sourire,peut etre par son cote romantique!

    bon lundi amities

    16
    Mardi 13 Décembre 2011 à 18:11
    Marc de Metz

     

     

    Elle m’a « victimisé » pendant des années !

    Elle n’a plus vraiment de prise sur moi.

    Elle est devenue très discrète dans ma vie.

    Mais je me souviens de tout ce qu’elle m’a imposé !

    Bonne soirée Lilou52. Merci, bises de Metz.

    Chronique la petite normande est arrivée hier.

    Nous sommes donc dans l’ambiance des fêtes.

    @mitié et bises de Metz, Marc.

     

    15
    Mardi 18 Janvier 2011 à 17:57
    Marc de Metz

     

     

    J’ai tenté de traduire avec ces quelques mots ce que je crois avoir compris de l’état de vague à l’âme… Pour moi il n’a pas été question de solitude mais je peux comprendre que ce le soit devenu pour toi si un ressenti d’une petite tristesse nom maîtrisable est associé avec la souffrance d’être seul(e)… @mitié de Metz, Marc, bonne soirée Flipperine. Bises.

    14
    Mardi 18 Janvier 2011 à 17:53
    Marc de Metz

     

     

    Bonsoir Corinne. Je ne connaissais pas ce poème, mais je sais que le vague à l’âme, inspire de très beaux mots à la poésie et que celle-ci qui lui donne une certaine « utilité » dans la vie. J’ai écrit ces mots en doutant qu’ils puissent réussir à traduire mon ressenti sur ce sentiment qui n’est peut-être qu’une émotion ? Merci de ton commentaire, il m’est précieux. @mitié de Metz, Marc. Bonne soirée à toi, là-bas au sud de Metz.

    13
    Mardi 18 Janvier 2011 à 17:37
    Marc de Metz

     

     

    « soulagé » que tu me commentes aussi gentiment sans ressentir de vague à l’âme mon amie. Ce que je lis dans tes mots me laisse penser que je peux avoir compris ce qu’est le vague à l’âme et surtout avoir réussi à traduire ce que je crois en savoir… Je t’embrasse, @mitié de Metz, Marc. Bonne soirée à toi dans ton beau Berry.

    12
    Mardi 18 Janvier 2011 à 17:34
    Marc de Metz

     

     

    Je te trouve dans cette recommandation là :

    particulièrement pertinent.

    Oui, je l’aime bien…

    Là je souris…

    @mitié de Metz.

    Bonne soirée, Marc.

     

    11
    Mardi 18 Janvier 2011 à 00:04
    flipperine

    un joli poème plein de sensualité mais je n'arrive pas à cerner de qui tu parles , je pencherai vers la solitude

    bises

    10
    Lundi 17 Janvier 2011 à 22:08
    cronin

    Bonsoir Marc,

    ah... vague de l'âme ! Tous mortels le ressent Marc... savoir en puiser sa mélancolie, pour en faire jaillir,  une fontaine de rires! Savoir apaiser nos rivages du coeur, de l'âme, demande un long chemin, toute une vie aussi ! Elle est en nous cette litanie du coeur et de l'âme, et dure est le combat pour chasser ses ressacs et remous... Voici un écrit que j'ai publié sur mon blog dans .... vagues à l'âme ! Il y a des moments dans la vie, où la victoire sur nos défaites nous permets de chasser les ténèbres Marc... je te le confie, dans le spleen de tes mots, afin qu'il soit toujours porteur d'espoir... Merci pour ton texte si criant de vérité ! Mes roses d'amitié, Corinne (Cronin)

    Sur les pierres du passé, sont gravés

    Les souvenirs de nos flots oubliés,

    Sur une histoire à peine commencée,

    Un chapitre à jamais terminé…  

    Sur nos saisons du cœur, des émotions,

    Une nouvelle naissance, éclosion !

    Sur nos tempêtes et nos défaites,

    Calmes rivages, font place nette !  

    Sur les ombrages et leurs tristesses,

    Les remous d’une infinie tendresse !

    Sur nos murmures semés dans le vent,

    L’éclat d’un sourire, ravissement !  

    Sur nos doutes, nos peurs, nos silences,

    Les vagues de l’âme en cadence,

    Se jettent sur le sable de la vie,

    Laissent leurs traces ancrées à l’infini…  

    Sur notre passé si solidement

    Enraciné, demeurent profondément

    Murés, nos cris, et tous nos hurlements,

    Pour s’élever de nouveau, dignement !  

    Sur un visage qui était obscurcit,

    Par les pensées funestes et meurtries,

    Est né un visage à jamais serein,

    Défiant toutes les brumes des matins !  

    Sur un cœur blessé, un souffle s’est posé,

    Dans ces yeux sans vie, qui étaient fermés,

    Un rayon de lumière s’est infiltré,

    Chassant les ténèbres, doux éclats dorés !  

    Reflets d’une âme à jamais délivrée,

    Sur les naufrages d’une vie enlisée,

    Victoire sur nos voyages, leurs abordages,

    Apaisement sur nos calmes rivages !  

     

    « Ainsi toujours poussés vers de nouveaux

    Rivages, dans la nuit éternelle, emportés sans retour, ne pourrions-nous jamais sur l’océan des âges jeter l’ancre

    Un seul jour ? »

    (Alphonse de Lamartine)  

    Corinne (Cronin)

    9
    Lundi 17 Janvier 2011 à 21:13
    Marielle

    Bonsoir Marc,

    j'aime beaucoup cette " mélancolie en dormance" qui exprime bien ce vague à l'âme ...elle est souvent en effet dans la poésie...mais c'est un sentiment qui s'explique dificilement....

    Je t'embrasse...et sans vague à l'âme, mes amitiés du Berry !! Marielle.

     

    8
    Lundi 17 Janvier 2011 à 21:13

    Quand elle nous tient... ne pas écouter Wagner...

    Bonne soirée

    @mitié

    7
    Lundi 17 Janvier 2011 à 18:26
    Marc de Metz

     

     

    Pour moi, tout peut être traduit pour être partagé et sur l’âme des milliards de mots ont été écrits et seront écrit car elle reste un mystère et que ce que nous appelons l’âme mérite de garder le sien. Je ne me suis pas aventurer à parler de l’âme, mais ce ressenti indéfini que d’autres que moi appellent le vague à l’âme qui pourrait être aussi appelé le vague en soi… Tu m’as rendu jaloux avec le bleu de ton ciel au dessus de Gap, mais j’ai été ravi de le découvrir car il est merveilleux pour qui est en passion avec le, les bleus. Bonne soirée, @mitié de Metz, Marc.  

    6
    Lundi 17 Janvier 2011 à 17:10
    Marc de Metz

     

     

    Il m’arrive de vivre avec du vague à l’âme.

    Il m’arrive d’être, sans le vouloir, mélancolique.

    Il m’arrive d’avoir envie de partager cela avec des mots.

    Merci pour ton commentaire.

    Bonne soirée à toi.

    Marc de Metz.

     

    5
    Lundi 17 Janvier 2011 à 13:44
    cacao

    Comme tu exprimes et expliques bien Marc ce que sont vague à l'ame et mélancolie...Les personnes sensibles et sensitives te comprennent...Elles connaissent cette sensation d'opression et de vague contrariété.Et, comme toi, elles essaient de le cacher de leur mieux pour ne pas déranger les autres derrière une bonne humeur de façade ! Dans une des anecdotes de mon blog, j'ai choisi la chanson de Renaud "J'ai la vie qui m'pique les yeux, j'ai mon p'tit coeur qu'est tout bleu..." Elle raconte ce sentiment envahissant que nous connaissons ...A bientot dans l'bateau ! 

     

    4
    Lundi 17 Janvier 2011 à 13:35

    tous les mots tous les écrits !! aucuns ne pourra exprimer la poésie de cet âme !! car elle seule sait !! pudique et respectueruse elle garde toujours pour elle ce qui ne se traduit pas par aucuns mots.........mais le bleu aide à chasser un peu et j'ai mis une belle photo prise depuis mon appartement un coucher de soelil en bleu !! là mon âme s'est envolée................

    amitiés

    sumadrad.c

    3
    Lundi 17 Janvier 2011 à 12:40
    Marc de Metz

     

     

    Loic, je m’en veux de ne pas m’être douté que toi tu saurais accompagner de tes beaux mots des mots sur le vague à l’âme trouvés ailleurs… Je n’ai aucun doute à l’inverse de tout ce que tu serais capable de traduire dans tes mots de ce ressenti qui sait garder un moment notre regard en arrière mais sans vouloir nous y emprisonner trop longtemps… Le vague à l’âme est l’un de mes compagnons de vie… Merci pour ces mots… @mitié de Metz, Marc. Bonne journée l’ami poète.

    2
    Lundi 17 Janvier 2011 à 12:20
    Loïc

    Ah, ce regard qui reste en arrière… Il traîne dans des bons moments ! Il faut, parfois lui tendre les mains pour le tirer dans le présent. Le soleil a fait face au brouillard, dommage… mes yeux sont importants pour voir et me guider ce jour. Alors, mélancolie, jolie et douce, je te garde au chaud mais laisse mon regard me rejoindre, maintenant !

    Avec mon amitié. Loic

    1
    Lundi 17 Janvier 2011 à 11:43
    Marc de Metz

     

     

     

    C’est bien ce que je suggère là Monique…Il est, ce vague à l’âme qu’une sorte de vécu qu’il n’est pas facile de partager car ceux qui le ressentent ne peuvent même pas l’expliquer clairement. Ils ne peuvent que le « subir » le temps qu’il dure… Merci pour ce commentaire, @mitié de Metz sous le soleil, Marc.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :