• Un barbecue c'est aussi cela...







    Voici la définition du barbecue d'été : c'est le seul type de cuisine qu'un "vrai" homme va faire. Lorsqu'un homme se porte volontaire pour faire ce type de cuisine, la chaîne d'événements suivante est enclenchée...

     

    1. La femme va au magasin.

    2. La femme arrange la salade, les légumes et fait le dessert.

    3. La femme prépare la viande pour la cuisson, la place sur un plateau près des  stensiles nécessaires à la cuisson et les apporte à l'homme, qui se tient à côté du grill, une bière à la main.

    4. L'homme place la viande sur le grill.

    5. La femme va à l'intérieur de la maison, pour mettre la table et vérifier les légumes.

    6. La femme sort pour dire à l'homme que la viande brûle.

    7. L'homme retire la viande du grill et la tend à la femme.

    8. La femme prépare les assiettes et les apporte à la table.

    9. Après avoir mangé, la femme nettoie la table et lave la vaisselle.

    10. L'homme demande à la femme comment elle a apprécié son "congé de cuisine".

     

    Constatant sa réaction un peu ennuyée, il en tire la conclusion qu'elle n'est jamais satisfaite !

    Précision importante : je ne suis pas l'auteur de ce texte si réaliste pourtant...





    « Dans la chaleur d'émotions bleues....Au bout de dix jours en amitié... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    10
    Mercredi 9 Septembre 2009 à 17:33
    Marc de Metz

    Bonsoir Brigitte, d’ici quelques jours la saison des barbecues sera finie aussi pur vous dans ta région. Vous pourrez alors, vous les cuisinières hors pair mais plus à l’aise en intérieur dans vos cuisines, régaler les vôtre de vos talents en cuisine, ce que ne font pas souvent les hommes… beaucoup d’hommes ! Je t’embrasse Brigitte.

     

    Je trouve encore perdu et « oublié » quelques commentaires sans réponse de ma part… (*) Je ratisse mes pages de vos commentaires et je réponds à ceux que je trouve. Je suis désolé de ce retard mais je vais un jour réussir à le réduire au maximum. Ton commentaire là est l’un de ceux retrouvés aujourd’hui mercredi 9 septembre. Bonne fin de journée, @mitié de Metz, Marc.

     

    (*) Il faut que je t’avoue que je les recherche quand même un peu tous les jours lorsque j’ai le temps…

    9
    Mardi 8 Septembre 2009 à 13:12
    Marc de Metz

    Bonjour Corinne, oui en effet c’est bien comme cela que cela se passe presque partout et presque tout le temps… C’est parfaitement observé et mis en mots… Merci pour ce commentaire très sympathique qui me permet d’être sûr de la pertinence de ce texte qui n’est pas de moi, je tiens à le redire…

     

    En parcourant les pages de vos commentaires (en remontant loin…), j’en trouve encore quelques uns restés là et j’en suis désolé : sans réponse ? Je comble ce retard en te remerciant pour cet ancien commentaire qui fait partie de ces « oubliés ». Je t’embrasse, @mitié de Metz. Marc.

    8
    Mardi 8 Septembre 2009 à 12:55
    Marc de Metz

    Et oui Mary-Pascale, ce l’est vrai, très vrai… C’est si vrai que c’est parfaitement vu et décrit là si dans la vraie « nuance »…

     

    En parcourant les pages de vos commentaires (en remontant loin…), j’en trouve encore quelques uns restés là et j’en suis désolé : sans réponse ? Je comble ce retard en te remerciant pour cet ancien commentaire qui fait partie de ces « oubliés ». Je t’embrasse, @mitié de Metz. Marc.

    7
    Mardi 8 Septembre 2009 à 12:51
    Marc de Metz

    Je connais Aubert 59 des femmes de mes amies qui savent mieux que beaucoup d’hommes se débrouiller avec un barbecue… Je connais des tas d’hommes qui ne servent que l’apéritif et encore : les leurs !

     

    En parcourant les pages de vos commentaires (en remontant loin…), j’en trouve encore quelques uns restés là et j’en suis désolé : sans réponse ? Je comble ce retard en te remerciant pour cet ancien commentaire qui fait partie de ces « oubliés ». Je t’embrasse, @mitié de Metz. Marc.

    6
    Jeudi 3 Septembre 2009 à 19:20
    Marc de Metz

    Bonsoir Liedich, Je te souhaite alors, lorsque tu réussiras à être enfin grand… à être un homme sage et méritant le paradis puisque je découvre que tu as peur des flammes de l’enfer… ! Bonne soirée à toi ami.

     

    Encore ce vendredi soir j’utilise ce copier/coller.

    Il me donne l’opportunité, en quelques mots, posés là à la suite de ma réponse, de vous dire que je résorbe mon retard dans mes réponses.

    J’arrive même à me trouver du temps pour passer vous voir sur vos blogs…

    Merci de votre amicale patience.

    Merci à la rentrée de septembre d’être arrivée enfin.

    Merci à l’été de se terminer en douceur…

    Grâce à tout cela, je vais enfin pouvoir très vite et à nouveau passer du temps sur vos blogs.

    Cette perspective me fait très plaisir…

    @mitié de Metz, Marc.

    5
    Vendredi 28 Août 2009 à 18:51
    Oui, c'est très réaliste ! La viande est souvent ou trop cuite ou pas assez, et pour la cuisinière ce sont des soucis en plus, pas du travail en moins !
    4
    Jeudi 27 Août 2009 à 23:53
    Corinne
    coucou

    c'est drôle mais en lisant j'imaginais la scène, tu sais pourquoi ????
    C'est exactement comme cela que ça se passe 

    bisous
    3
    Jeudi 27 Août 2009 à 10:56
    mary-pascale
    Comme c'est vrai!!! bisoussssssssss
    2
    Jeudi 27 Août 2009 à 09:43
    aubert59

    l'homme  est souvent le cuistot au barbecue   mais la suite il ne connaît pas peut-être servir l'apéro avant de déguster les grillades
    bises

    1
    Jeudi 27 Août 2009 à 09:13
    liedich
    ben quand je serai grand, je serai encore un homme na !
    j'ai peur des flammes.... de l'enfer.
    Ciao Marc.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :