• Samedi de juillet en Metz...

     

     

     

    Quatre heures nuit tronquée

    Lever avancé par défaut

    Sommeil acquitté déjà

    Lumière allumée

    Envie urinée

    Café avalé

    Cigarette allumée

    Vitres noires de nuit

    Silence lourd autour

    Je suis maître de mes heures

    Clandestin dans ce jour

    Encore dormi ici à Metz

    Cannelle m’aime trop

    Elle vautre sa nuit écourtée

    Entre clavier et moi

    Présence encombrante

    Pourtant que j’aime

     

    Cinq heures nuit écourtée

    Doigts effleurant clavier

    Pour ne pas tuer le silence

    Qu’il lui faut pour dormir

    Mot de passe renseigné

    Accès à vos vies

    Je vais dire bonjour à Antidotes

    Autre café à nouveau avalé

    Je vous lis en silence

    Je vous écris en silence

    Je fume en silence

    Je vous découvre en silence

    Cannelle redort sur mon lit

    Compagne de sommeil de lui

     

    Six heures lueurs de jour

    Plongé dans vos textes

    Indiscrétion fascinée

    Je lis vos commentaires

    Cigarette allumée

    J’ouvre Au fil des mots

    Je veux savoir qui est Michel

    Signataire chez Lizablues

    Bonheur de lire d’autres mots

    De me trouver proche de lui

    Besoin de le lui dire

    Heureux de l’avoir su faire

     

    Sept heures un jour doux arrive

    Il est caresse sur nos vitres

    Bruit programmé pour le réveiller

    Lui travaille les samedis pas moi

    Bonjour du matin d’un autre jour

    Je lui réponds il s’en va à son café

    Son envie est aussi urinée

    Lui bouge s’apprête s’active

    Lui a un contrat à remplir

    Je quitte mon clavier

    Je le retrouverai après son départ

    Je serai seul à nouveau

    Maître de ces heures à venir

    Cette rupture de ma solitude

    Me raconte que je suis heureux

    De ne pas être seul dans la vie

    C'est un jour en naissance

    Un de ces samedis que j’aime

    Long d’une nuit tronquée

    Court de ces heures à venir

    Déroulées selon mes envies

    Partagées qu’avec moi

    Dans une solitude bienvenue

    Désert de mes obligations

    Paradis de mes libertés

    Moments volés aux autres

    Avant de lui le retrouver

    Avant d’eux les retrouver

    Là autre café avec lui

    On fume en silence

     

     

     

     

    « De quelle grande personnalité êtes-vous proches ?Metz : l'église Saint-Livier au Pontiffroy... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    8
    Dimanche 20 Décembre 2009 à 17:46
    Marc de Metz

    Nous sommes le dimanche 20 décembre 2009.

     

    En cliquant sur le choix « commentaires sans réponse »…

    Avec effarement je trouve celui-ci qui date d’une éternité.

    Il fait partie de ceux restés sans réponse que là je trouve.

    J’en suis navré et je m’empresse de le déplorer.

    Vraiment désolé de l’avoir laissé sans réponse.

    Je fais le choix d’utiliser un « copier/coller » pour lui répondre enfin.

    Je me sais en train de reprendre contact avec certains d’entre vous.

    Je me sais faire une réponse à certains jamais perdu de vue…

     

    Je te souhaite de très belles fêtes de Noël et de fin d’année 2009.

    @micalement, Marc de Metz.

    7
    Dimanche 20 Décembre 2009 à 17:31
    Marc de Metz

    Nous sommes le dimanche 20 décembre 2009.

     

    En cliquant sur le choix « commentaires sans réponse »…

    Avec effarement je trouve celui-ci qui date d’une éternité.

    Il fait partie de ceux restés sans réponse que là je trouve.

    J’en suis navré et je m’empresse de le déplorer.

    Vraiment désolé de l’avoir laissé sans réponse.

    Je fais le choix d’utiliser un « copier/coller » pour lui répondre enfin.

    Je me sais en train de reprendre contact avec certains d’entre vous.

    Je me sais faire une réponse à certains jamais perdu de vue…

     

    Je te souhaite de très belles fêtes de Noël et de fin d’année 2009.

    @micalement, Marc de Metz.

    6
    Samedi 7 Juin 2008 à 20:48
    Merci Marc pour ces moments d'intimité partagée. J'aime cette façon concise et poétique de se dire! Une petite note amusante et très masculine. Imagines-tu une femme dire:"Envie urinée"? (sourire). Et non, ce besoin naturel, nous n'en parlons pas! ah ces sentimentales, ces délicates! quand les comprendrons-nous? (éclat de rire!). Je t'ai répondu sur mon blog à ton gentil commentaire. Merci beaucoup pour ton aide, Marc. Tu es vraiment mais vraiment un ami dévoué et bienveillant. Je suis vraiment très heureuse de t'avoir rencontré. Bises. MAlou
    5
    Lundi 7 Avril 2008 à 23:13
    Marc de Metz

    Samedi d'avril en Metz...

    Dominique, une architecte d’intercoeurs l’est aussi envers les animaux… Je ne suis pas du tout étonné de ton amour et ton respect pour eux. Je suis aussi incapable de comprendre la cruauté envers n’importe quel animal. Je peux à peine trouver dans des contingences visant de la part des chasseurs à prétendre participer à la préservation de la faune et à sa sauvegarde ? de quoi justifier encore le plaisir de la chasse.

     

    J’adore tes légendes corses, elles me donnent un éclairage sur ma culture que je n’avais pas encore. Il est enfantin, pourtant je l’apprécie beaucoup. Je t’embrasse. Marc.


    4
    Lundi 7 Avril 2008 à 14:00
    Dominique
    "Pourquoi" Bonjour Marc, Tes mots me touchent profondément et bien qu’étant habituée aux nombreux compliments qui me viennent de toi, je suis toujours aussi émue par le suivant. La cause animale est en effet, l' une des causes qui me touchent aussi énormément, je me bats comme je le peux, avec mes armes dirais-je, pour que cesse cette indigne façon d’agir de certains êtres humains envers les animaux. (quelque en soit l’espèce ) Nous avons été dotés de parole, mettons la à profit de ceux qui n’en n’ont pas. C’est du moins mon point de vue. "La Fée du Rizzanèse" Oui est effet je trouve aussi cette légende très belle, mais le « Légendaire Corse » est très vaste et si cela peut te faire plaisir, je me ferai une joie que t’en faire connaître d’autres. Bises à toi @ + Dominique
    3
    Lundi 7 Avril 2008 à 09:51
    Je te cite " Cette rupture de ma solitude Me raconte que je suis heureux De ne pas être seul dans la vie " Qu'est-ce que j'aimerai pouvoir dire la même chose ! plus les jours passent, chaque jour est un jour de moins à vivre, et un jour de plus à souffrir ! dans mon corps, et dans mon âme ! bises pour toi
    2
    Samedi 5 Avril 2008 à 23:11
    Marc de Metz
    Samedi d'avril en Metz...

    Bonsoir Colette,

     

    Nous rentrons du restaurant, je découvre ton très agréable commentaire. Merci d’avoir aimé partager ces premières heures d’un samedi qui se finit là bientôt… J’ai eu besoin, juste envie ce matin d’écrire sur ces heures qui n’étaient plus dormies… Heures pour moi particulières car elles sont vraiment à moi. Je passe lire des nouvelles de Jipi et de Christophe, très souvent sur leur blog et je me fais une idée de leur vécu depuis des semaines. Je leur souhaite vraiment de passer très vite dans des semaines moins agressées par ces enfoirés de cancers… Je t’embrasse, bon dimanche à toi et aux tiens. Marc

    1
    Samedi 5 Avril 2008 à 18:57
    COLETTE
    comme toujours il n y a rien a dire trés beau texte,contente d avoir partager ses quelques heures avec toi bisous colette
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :