• Rupture en amitié...

    MP-J-ose-et-j-assume-07-09.jpg

     

     

     

     

    Je me donne l’opportunité de m’exprimer sur un sujet universel : celui de la rupture en amitié.

     

    1 - Tout pardonner au nom de l’amitié.

     

    J’ai cessé de considérer cela dès que j’ai eu l’âge de douze ans. Je savais déjà qu’en amitié l’un(e) ne devait jamais se sentir obliger de pardonner ce qui blesse, ce qui fait mal, ce qui humilie, quand c’est fait volontairement…

     

    2 - Ce qui me faire perdre un(e) ami(e).

     

    Une chose primordiale me fait perdre un(e) ami(e) : celle de me sentir dans l’amitié que je partage avec elle ou lui, même au bout de très longtemps, remis soudainement en cause dans mon libre-arbitre ! Je ne me sais toujours pas exister que pour ne satisfaire que l’égo et les seuls besoins de mes amis(es).

     

    3 - Savoir ou aimer rompre en amitié.

     

    Je n’aime toujours pas rompre en amitié. Pourtant, je n’hésite jamais à renoncer à une amitié devenue vide, encombrante, compliquée, faite de suspicion et parfois de critiques et de médisances ! J’ai appris de la vie que les ruptures, dont celles en amitié, ont le mérite d’assainir ma vie.

     

    4 - Se venger d’une rupture en amitié.

     

    Je ne me suis encore jamais vengé d’une rupture en amitié ! Je ne m’imagine pas commencer à le faire. Pour moi, accepter une rupture c’est grandir, c’est être plus fort, c’est être en accord avec mes principes et valeurs. Par contre, lorsque cela est nécessaire, je sais me défendre d’une vengeance après une rupture.

     

    5 - Les suites d’une rupture en amitié.

     

    Je ne comprends toujours pas que des anciens(nes) amis(es) se complaisent pendant des mois, des années dans une volonté de nuire à celle ou celui qui a choisi de rompre ! Je trouve inutile, dérisoire, imbécile de ne pas savoir tourner la page et alors vivre simplement sa vie. Pour moi, les suites que je donne à une rupture sont l’éloignement, le silence, l’absence et cela définitivement.

     

    6 - Respecter les amis communs après une rupture.

     

    Je n’ai jamais eu besoin de prendre en otages des amis(es) communs(es). J’ai aussi appris de la vie que des amis(e) communs(es) finissent par décider de l’avenir de leurs relations avec moi après une rupture en amitié. Je ne demande jamais à personne d’arbitrer mes ruptures, je ne permets jamais à personne de s’en mêler. Je sais que ces choses là se font naturellement et j’accepte cela.

     

    7- Les plus dérisoires/inutiles suites d’une rupture en amitié.

     

    C'est un tout ! C'est tout ce qui me « raconte » que ces personnes que j’ai privé de mon amitié sont incapables de l’accepter. Je suis de plus en plus perplexe puisque trop de personnes avec lesquelles je ne suis plus en amitié, sont depuis et s’attardent dans un processus vengeur de dénigrement constant et pesant car si inutile… Je garde plus de respect pour d’anciens(nes) amis(es) qui se retirent de ma vie que pour celles et ceux qui prétendent s’y imposer avec méchanceté et stupidité.

     

    8 - Revenir dans une amitié après une rupture.

     

    Non ! Lorsque je mets fin à une amitié c’est que je ne suis plus heureux dans celle-ci. Je prétends savoir ce que je souhaite partager en amitié, lorsque ce n’est plus possible, je préfère me retirer et renoncer définitivement à une relation entachée alors de plusieurs déceptions dont l’addition ne me permet pas de douter de la nécessité d’en finir définitivement.

     

    9 - Quand mettre fin à une amitié.

     

    Lorsque les désagréments l’emportent sur le reste, lorsque le dialogue devient longs silences embarrassants, lorsque je préfère espacer nos rencontres, lorsque je me sens soulagé de ne plus passer autant de temps avec l’ami(e) en question. Lorsque surtout les moments passés ensembles ne sont plus magiques…

     

    10 - Celles/ceux qui passent de l’amitié à la haine.

     

    S’il m’arrive de le savoir, de le mesurer, de le subir surtout, je me dis simplement que j’ai bien fait de rompre. C’est un sentiment très intime que celui de se découvrir avoir été très ami alors qu’il n’en était rien. Ce constat rend cette rupture salvatrice. Je peux même avouer que je trouve dérisoire car enfantin le besoin de tout renier de la part de celles et de ceux dont je ne veux plus être l’ami. Je ne renie jamais les bons moments vécus dans une amitié et je ne me sers jamais de ce que je peux en conserver comme souvenirs ou comme confidences pour distiller du mal pendant des mois voire des années.

     

    L’amitié est pour moi un lieu d’échanges, de confiance, de partage, de bonheur, de rires, de silences, de présence, d'absence aussi. Elle n’est jamais un sacerdoce et je ne m’y sais pas capable de m’y attarder, lorsqu’elle est terminée mais s'attarde dans des comportements revanchards, je m’installe dans le silence, l’absence, le renoncement en ne gardant que les bons souvenirs. Je ne les oublient jamais, j'ai cette chance...

     

     

     

     

    « Mandala / Les bleus d'ailleurs...Son jardin à Vesoul... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    24
    Lila l
    Dimanche 5 Mai 2013 à 20:47
    Lila															l

    Bonsoir, c'est la première fois que je tombe sur votre blog et je tenais à vous dire un énorme MERCI. J'hésite depuis des semaines à mettre fin à une amitié très toxique. Mais j'ai le vilain défaut de pardonner très facilement à mes amis. J'ai souvent eu des amitiés qui se sont mal finis parce que j'ai du mal à poser les limites. Pour moi l'aimitié c'etait tout pardonner. Votre texte m'a ouvert les yeux, simple et touchant, c'est une vraie source d'inspiration et d'enseignement.  J'en avais grand besoin,Merci beaucoup!!!!

    23
    gisèle
    Dimanche 5 Mai 2013 à 20:47
    gisèle

    j'ai mis fin à une amitié suite à une( méchanceté)pour etre polie,ça m'a fait du mal mais j'ai tournée la page,mais pas de pardon,je suis très rancunière

    22
    danielle
    Dimanche 5 Mai 2013 à 20:47
    danielle

    aimer c'est savoir pardonner

     

    21
    Yvonne
    Dimanche 5 Mai 2013 à 20:47
    Yvonne

    L'amitié des uns et des autres fait GRANDIR...Certaines amitiés de l'enfance, de l'adolescence...perdurent des décennies .Des amitiés nouvelles se créent au gré des rencontres.Des amités se flétrissent, s'estompent, se dénouent....

    L'amitié est certes un lien trés fort, mais en aucun cas ne peut être pesante, ne doit être une prison....Etre ami, c'est aussi respecter l'autre, accepter ses choix, ses revirements, son éloignement de la sphère amicale.

    Bonne soirée, Marc, à toi et à tous tes amis.

     

     

    20
    danielle
    Dimanche 5 Mai 2013 à 20:47
    danielle

    Le pardon n'est pas au bout du chemin ; il est le chemin."

    Françoise Chandernagor

    et j'ajouterai une preuve d'intelligence...danielle

    19
    Jeudi 30 Août 2012 à 20:29
    Marc de Metz

     

     

    Bonsoir Lila.

     

    Je suis très au clair avec ce que m’inspire l’amitié, avec ce qu’elle doit être « POUR MOI » et plus encore avec ce qu’elle ne réussit plus à m’imposer. Je suis certain, convaincu que nous avons toutes et tous en nous « un truc » qui nous fait savoir qu’il faut enfin mettre fin à une amitié.

     

    Ce n’est surtout pas la vie que de subir une amitié toxique. Accepter de se libérer d’un ou d’une amie c’est se redonner de l’espace, de l’oxygène et de la disponibilité pour autre chose, pour d’autres. Je viens de relire ce que j’ai écrit après vous avoir lu et je ne peux que vous dire que plus jamais rien ni personne ne me fera changer ma façon de vivre en amitié.

     

    Pour moi, l’amitié c’est en effet pardonner mais pas l’impardonnable : celui qui blesse, vexe, peine, met en colère et fait redouter la prochaine rencontre et surtout et simplement celui qui s’additionne à d’autres, à beaucoup, à trop d’autres de la part du ou de la même ami(e). Merci pour votre commentaire, il me touche beaucoup.

     

    @micalement, Marc de Metz.

    Bonne soirée.

     

    18
    Lundi 13 Août 2012 à 17:31
    Marc de Metz

     

     

    DEAL MAROC = ATTENTION COMMENTAIRE A BUT PUBLICITAIRE, NE PAS FORCEMENT SUIVRE CE LIEN !

     

    Bonjour, à l'inverse d'autres qui parasitent nos blogs pour faire de l'arget, vous au moins vous laissez un commentaire sur l'article que vous utilisez pour placer un lien vers votre site à but lucratif. C'est moins grossier, c'est moins déplaisant. Marc de Metz.

     

    17
    Lundi 13 Août 2012 à 14:06
    Deal Maroc

    C'est tout simplement bien dit ! Je n'ai rien à ajouter :)

    16
    Jeudi 9 Août 2012 à 19:37
    Marc de Metz

     

     

    Je vis mes amitiés comme tu décris qu’elles doivent être vécues et partagées et c’est de cela dont je suis sûr et certain : aucune amitié ne doit être une prison et ne le sera plus jamais pour moi ! Il doit y avoir de la magie dans l’amitié, celle qui compense les absences, celles qui efface les petites peines, les incompréhensions et les déceptions, celle qui fait de chaque rencontre un moment où tu es bien, où tu es léger, libre, heureux et accompagné…

    Merci Yvonne pour ce très beau commentaire. Il me touche beaucoup. Bonne soirée à venir, @micalement, Marc de Metz.

     

    15
    Jeudi 9 Août 2012 à 18:52
    Marc de Metz

     

     

    Te lire c'est savoir que tu m'as lu et cela c'est sympa ! J'imagine que tous nous avons l’expérience de ces amitiés perdues  que nous le reconnaissions ou pas. J'aime bien ne plus me sentir prisonnier du concept du pardon perpétuel... @mitié de Metz, bises, Marc. Bonne soirée à toi Steph.

    14
    Jeudi 9 Août 2012 à 18:49
    Marc de Metz

     

     

    Je sais que tout ce qui tient du ressenti, de l'expérience, du vécu est par définition personnel, intime. Finalement, alors que ce peut-être un sujet pas facile, il ne m'a pas été difficile d'écrire sur ce thème. Il est vrai que je ne cesse d'être confronté à des pseudos amis(es) qui n'en sont qu'à leurs uniques conditions. Merci de ce commentaire, @mitié et bises de Metz, Marc. Bonne soirée Cacao.

    13
    Jeudi 9 Août 2012 à 18:48
    Marc de Metz

     

     

    Merci Mireille du Sablon pour ce commentaire là. Je n'ai nulle ambition de me faire pardonner quoi que ce soit auprès des personnes avec lesquelles je n'ai plus de relations. Je ressens profondément que je ne suis plus obligé de subir qui que ce soit dans ma vie privée. Je peux, je sais être un ami, mais je sais plus que tout cesser de l'être lorsque je ne suis plus heureux dans une relation d'amitié. Merci encore, @ bientôt, Marc de Metz. Bises et bonne soirée.

    12
    Jeudi 9 Août 2012 à 18:48
    Marc de Metz

     

     

    Je me trouve totalement légitime dans ma façon de gérer mes amitiés et je ne suis pas sûr qu'il puisse y avoir encore quelqu'un quelque-part capable de s'imposer dans ma vie d'une quelconque façon, ni relations, ni amis, ni famille, ni enfants... Je laisse d'autres personnes se servir de phrases creuses pour revendiquer que tout le monde il doit être beau il est gentil, que la vie est qu'un long fleuve tranquille et que le pardon n'est pas le bout du chemin mais qu'il est le chemin... Bisou de Metz, bonne soirée, @mitié, Marc.

    11
    Jeudi 9 Août 2012 à 18:40
    Marc de Metz

     

     

    Je n'ai jamais encore mis fin à une amitié que pour une seule raison. J'ai un seuil de tolérance et lorsque je le sais dépassé, là je me retire définitivement en fermant ma porte et en n'ayant plus aucun contact avec celles et ceux concernés. Je suis convaincu qu'il n'est pas nécessaire de supporter n'importe quoi au titre de l'amitié et pas envisageable d'avoir tout à pardonner ! Bonne fin de journée, @micalement, Marc de Metz.

    10
    Jeudi 9 Août 2012 à 18:39
    Marc de Metz

     

     

    Tu a raison et je n'ignore pas, je m'en souviens trop bien, combien une rupture en amitié peut être elle aussi douloureuse autant qu'incompréhensible et là je rajoute vexante et humiliante. Mais j'ai vécu mes pires ruptures en amitié et en amour il y a très longtemps. Chaque nouvelle rupture me peine bien entendu mais sans me bouleverser, sans me blesser à mort, sans m'anéantir. Merci Canelle, pour cette contribution à ce thème de la rupture en amitié. Je ne sais plus me désigner comme quelqu'un de bien car qui je suis ne dépend plus seulement d'avec qui je suis en amour ou en amitié... Rien ne peut jamais se faire seul et cela est une vérité intrinsèque qu'il est obligatoire d'intégrer adulte. Bonne soirée,  @mitié de Metz, Marc, Bises.

    9
    Jeudi 9 Août 2012 à 18:09
    Marc de Metz

     

     

    Je peux t'affirmer que dans la même situation que toi rien, ne réussit plus jamais à me forcer à côtoyer un ou une ex ami(es). Je peux alors simplement m'excuser après d'une autre personne présente et refuser de rester. J'assume totalement que des personnes que je n'estime plus soient en relation avec des personnes que j'apprécie mais en aucun cas je ne vais respirer le même air qu'elles. Je me veux dans cette intransigeance car elle me protège bien. Bises @micales, Marc de Metz,

    8
    Mercredi 8 Août 2012 à 20:15
    Marc de Metz

     

     

    J’ai appris des autres le devoir cesser pardonner.

    Cela m’a pris des années d’attente, de patience, d’efforts inutiles.

    Depuis sur mon chemin je suis plus léger après que  j’ai cessé de tendre l’autre joue.

    @micalement, Marc.

     

     

    7
    Mercredi 8 Août 2012 à 20:08
    Marc de Metz

     

     

    Que d’autres que moi le pensent, le croient, le vivent…

    Je leur accorde bien volontiers cela…

    @micalement, Marc de Metz.

     

    6
    Mercredi 8 Août 2012 à 19:36
    Steph'

    L'amitié sous toutes ces coutures :) C'est vrai que l'amitié c'est génial quand cela ne devient pas lourd et contraignant ! Bises Marc amicalement :)

    5
    Mercredi 8 Août 2012 à 18:03
    cacao

    Bonsoir Marc. Belle analyse sur un sujet pas facile et très personnel. Bonne soirée. Amitiés.

    4
    Mercredi 8 Août 2012 à 15:49
    mireille du sablon

    Bonjour Marc,

    Merci d'être celui que tu es, toujours soucieux de la vie privée de tes connaissances et ami(e)s, respectant leurs opinions, n'essayant pas de les transformer à ton "image", Tu sais être présent sans "forcer" la porte de leur quotidien. Tu sais partager tes découvertes avec raison et humour. Qu'aurais-tu à te faire pardonner ou à pardonner? Pour tout cela, je suis fière de te connaître et je me permets  de te dire, bonne journée, mon AMI !

    Gros bisous de Mireille du Sablon

    3
    Mercredi 8 Août 2012 à 15:28
    chronique

    Bonjour Marc de Metz

    Ce texte me correspond totalement..... Et oui les ruptures assainissent la vie..... surtout les amitiés forcées ou provoquées dont le seul but est de bien se faire voir de l'entourage de la personne convoitée....(histoire vécue) Je vois dans un commentaire qu'il faut pardonner ?????..   Mais pardonner  quoi ? Si  notre équilibre mental, notre bien-être, notre sérénité passe par cette rupture.... on ne peut que s'en réjouir au contraire.

    Gros bisous et bonne journée à toi

    Chronique

    2
    Mercredi 8 Août 2012 à 12:01
    canelle56

    Je n'ai rien a ajouter ...tout cela me va bien!!

    Sauf peut être as tu oublié de parler de la souffrance engendrée avant de prendre cette décision , l'incomprehension , le pourquoi?

    Mais oui j'adhère à ce texte

    Bises Marc

    Tu me sembles être quelqu'un de bien (sourires )

    1
    Mercredi 8 Août 2012 à 10:02
    kris

    totu ce que tu dis me parle.

    hier j'ai été obligee de rester à coté d'une ''ancienne amie'' qui m'avait trahi ! chose  que je ne pouvais supporter. malgre le dur accident  qu'elle a subi, ma curiosité sur sa santé, et peut etre aussi ma gentilesse, m'aurait poussé à lui demander comment elle allait. cela s'appelle le pardon. mais je n'ai pas posé de questions,... une autre copine est venue me sauver bien involontairement. et finalement cela m'a bien arrrangé. biz

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :