• Pour le meilleur et pour le pire...







    Un jeune couple promène ses émotions cadencées

    Pas à pas il va à deux dans une ambition partagée

    Chanceux duo encore ignorant les bientôt difficultés

    La vie a des contraintes que les anciens ont affrontées

     

    Un jour de fête son amour par un anneau sera officialisé

    En alliance dans un avenir radieux il se sera propulsé

    Aventureux il s’inventera dans une vie à jamais improvisée

    Chanceux de vaincre alors obstacles par la vie imposés

     

    Un jour le couple se découvre dans un même amour divisé

    Ses enfants lui réclament une part d’amour contractualisé

    Le duo est devenu famille d’accueille de vies enfantées

    Chanceux d’ignorer obstacles par les anciens inventoriés

     

    Un jour le couple comprend qu’il n’existe qu’en pointillés

    Son intimité est depuis des années toujours malmenée

    Sa complicité ne survit qu’en minutes aux enfants volées

    Un jour au bout de milliers de frustrations le duo a divorcé

     

    Une fois j’ai vécu dans un couple très heureux d’y être marié

    Dans une vie d’avant je me suis fabriqué dans un amour partagé

    Après l’arrivée de nos enfants j’ai vécu dans un bonheur initié

    Un jour pressé par leur mère qui se voulait libre j’ai été divorcé

     

    Pour enfanter des enfants j’ai été dans une famille enfanté

    J’ai vécu dans un couple dans lequel je me suis réinventé

    A notre mariage pour un meilleur et pour un pire j’ai signé

    Cette union pourtant m’a été imposée à durée déterminée

     



    L’image de ce petit couple dans un parc de Metz j’ai captée

    Effacés en un instant quarante années pour moi passées

    Un jour nous dans les rues d’ici nous nous sommes aimés

    Tant de jours hors de ce couple d’alors sont depuis passés

     

    Sur cette image je pose là ces mots car je n’ai rien oublié

    Dans un vieux novembre un jour ancien je me suis marié

    Dans le temps présent je me sais heureux sans avoir rien renié

    La vie est un éternel recommencement qui satisfait l'éternité










    « Senryû : Ecriture...Metz Plage 2011 - L'été en fête dans Metz / 24... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    20
    gavroche
    Dimanche 5 Mai 2013 à 21:57
    gavroche
    des mots qui expriment tant de choses ou dans certains on se retrouve un peu
    belle photo cadree sur les passants
    bon week-end
    19
    Dimanche 20 Décembre 2009 à 20:21
    Marc de Metz

    Ce soir, c’est celui du dimanche 20 décembre 2009.

    En cliquant sur le choix « commentaires sans réponse »…

    Fonction que je n’avais jamais pensé à utiliser…

    Avec effarement je trouve celui-ci.

    Il est là plus récent que bien de ceux que j’ai retrouvé.

    Je n’ose pas t’en dire le nombre… mais là il diminue.

    Ton commentaire fait  quand même partie de ceux restés encore sans réponse.

    Je te remercie de me l’avoir laissé il y a quelques semaines…

    Heureusement, je sais avoir répondu depuis à des centaines d’autres : ouf !

     

    Le concernant, je fais le choix d’utiliser un « copier/coller ».

    C’est celui-ci. Seule cette solution me permet de me mettre enfin à jour.

     

    Je te souhaite de très belles fêtes de Noël et de fin d’année 2009.

    @micalement, Marc de Metz.

    18
    Mardi 10 Novembre 2009 à 18:03
    Marc de Metz

    Pas à pas…

    Parfois j’ai été statique très longtemps…

    Puis j’ai chaussé des bottes de quatorze lieues

    Enfin, le chemin fut long.

    Personne ne me le fera plus jamais rebrousser.

    Je t’embrasse, @mitié de Metz, Marc.

    Bonne soirée Eva.

     

    17
    Lundi 9 Novembre 2009 à 20:16
    Marc de Metz

    Ton long commentaire me touche énormément. Nous savons bien et je ne dirai jamais le contraire qu’un mariage c’est aussi de très beaux et bons souvenirs… Je n’ai commis qu’une erreur : celle de ne pas avoir compris que j’étais le seul heureux dans  notre mariage, heureux de notre vie, de notre famille… Je ne suis pas fait pour avoir été heureux au-delà de mon enfance avec mes parents, pas fait pour être heureux au-delà de l’enfance et de l’adolescence de mes enfants comme père mais je me suis fait être heureux d’être MOI…

    Je n’ambitionne plus le retour des mes filles dans ma vie. Nous sommes devenus des étrangers. Je les suppose, je les sais n’avoir pas la plus infime envie de me revoir… Je vis tellement mieux hors de l’attente de leur seul vouloir.

    Je t’embrasse, @mitié de Metz, merci pour ces mots, ces mots dans lesquels le plus souvent je me retrouve. Bonne soirée à toi.

    16
    Lundi 9 Novembre 2009 à 20:00
    Marc de Metz

    Ce sont des brides d’un journal que je n’ai jamais à cœur de tenir.

    Mon père, que j’ai cessé d’aimer à quatorze ans, m’a dit un jour mortifié de ne plus être simplement craint et respecté et dans l’unique exigence du « paraître » :

    « A la place du cœur tu as un écritoire sur lequel tu n’inscris que les choses négatives de ta vie ! » J’avais quinze ans, il était officier supérieur imbu de sa supériorité et certain de pouvoir me briser et obtenir que je fasse semblant de l’aimer aux yeux de notre famille et de ses relations : je crois que là je dis tout !

    Dans ma vie d’aujourd’hui, je suis vivant, mes parents plus !

    Dans ma vie d’aujourd’hui, je suis un père sans enfant…

    Dans ma vie d’aujourd’hui j’ai construit ma revanche douloureusement.

    Cela me donne le droit d’y être enfin heureux, je le suis !

    Je t’embrasse Fabienne, @mitié d’Outre-Seille, Marc.

    15
    Lundi 9 Novembre 2009 à 19:46
    Marc de Metz

    Oui, la vie est un éternel recommencement.

    Je vais avoir traversé la mienne sûr de cet adage.

    J’ai été aimé et adoré par mes parents : qu’enfant.

    Adolescent j’ai compris qu’ils me détestaient.

    J’ai du accepter que je dérangeais leur harmonie…

    J’ai appris pour survivre à les désaimer.

    J’ai été aimé et adoré par mes deux filles.

    Adultes elles ont décidé de me vider de leur vie.

    J’ai du accepter brutalement que je les dérangeais aussi !

    J’ai appris après, pour survivre, à les désaimer…

    Je dois être victime d’une malédiction…

    J’ai renoncé à la combattre, j’y laissais trop de ma vie !

    Oui, la vie est un éternel recommencement…

    Je me suis interdit adulte d’être la même victime qu’enfant !

    Je t’embrasse, @mitié de Metz, Marc.

    Bonne soirée à vous deux.

    14
    Lundi 9 Novembre 2009 à 19:23
    Marc de Metz

    Il se peut alors que j’ai réussi à parler du mariage…

    Je suis divorcé depuis plus de trente ans mais je n’ai pas oublié.

    Impossible d’oublier mais si possible de vivre après, après, après…

    Après en avoir douté des années, années, années…

    Merci pour ce commentaire. @mitié de Metz, je t’embrasse. Marc.

    13
    Lundi 9 Novembre 2009 à 19:08
    Marc de Metz

    Beaucoup de ma vie et de sa vérité sont là dans tes mots mon amie Domajj.

    C’est un texte que j’ai écrit plus de trente ans après mon divorce alors subi.

    C’est vrai que j’ai eu le temps de comprendre douloureusement la vie.

    C’est vrai que je me suis donné le droit d’en faire définitivement le deuil.

    J’ai eu bien du mal à accepter que celui qui devait diriger sa vie : c’était moi.

    Je prends tous les jours ma revanche depuis quelques années et je m’en satisfais.

    Merci pour tes mots. Je t’embrasse en t’affirmant que rien en ces mots n’est une recette…

    @mitié de Metz, Marc…

    12
    Lundi 9 Novembre 2009 à 12:33
    Marc de Metz

    Merci Roselyne, tes mots aussi me sont très tendres et je t’en remercie avec le cœur. Ce n’est pas difficile d’écrire pour moi sur ce thème. Si je garde tout en moi, plus rien qui se rattache à cette époque ne me fait souffrir car cela appartient à mes passés. J’ai toujours aimé avoir tenté l’aventure du mariage et même celle de la paternité, même si toutes les deux se sont mal terminées pour moi : c’est aussi la vie. Je t’embrasse, @mitié de Metz, Marc.

    11
    Dimanche 8 Novembre 2009 à 17:43
    Roselyne
    Tant d'émotion dans tes mots et de la tendresse aussi. Ca me touche beaucoup. Merci de partager ce moment d'émotion avec nous. Je t'embrasse.
    10
    Dimanche 8 Novembre 2009 à 17:09
    Marc de Metz

    Heureux homme de s’être protégé de ce qui rend le mariage des plus pénibles lorsque chacun n’y est plus heureux… Pourtant je sais que le mariage mérite d’être tenté car il reste malgré trop d’échecs une aventure qui est passionnante autant qu’aléatoire… Félicitation si tu sais toi garder la flamme en permanence très haute et bien éclairante de bonheur et d’épanouissement. Bravo l’ami. @mitié, Marc de Metz…  

    9
    Dimanche 8 Novembre 2009 à 16:15
    Marc de Metz

    Merci Mary-Pascale. IL n’est de difficile que de ne pas mettre des milliers de mots sur ce thème du couple qui trop souvent ne sait pas durer au-delà des difficultés. C’est vrai que novembre reste le mois de mon mariage, c’est vrai que je n’ai jamais eu à renier ce que j’ai vécu, c’est vrai encore que tout cela fait partie d’une vie si loin dans l’avant… @mitié de Metz, Marc. Je t’embrasse.

    8
    Dimanche 8 Novembre 2009 à 12:17
    mary-pascale
    très beau texte plein de poésie mais maljeureusement, les aléas de la vie font que tout n'est jamais parfait! les photos sont superbes et ce petit couple est bien charmant!
    merci, marc, d'avoir partagé un morceau de ta vie et gros bisousssssssss
    7
    Dimanche 8 Novembre 2009 à 11:16
    abeilles50
    Bonjour Marc,
    Comme ce joli, et triste, poème relate bien la vérité !
    Malheureusement, beaucoup de couples ont vécu (ou vivront) cela...
    Je comprends mieux pourquoi je ne me suis jamais marié !
    Pour moi, l'Amour est Passion, Fusion... et si on n'anime pas la flamme régulièrement, la froideur s'installe, et je déteste cette bise sans bises...
    Bon dimanche à toi. Amitiés. Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz
    6
    Samedi 7 Novembre 2009 à 23:36
    tous ces épisodes de nos vies.....
    qui nous ont forgé pas à pas
    bisous
    éva
    5
    Samedi 7 Novembre 2009 à 23:21
    aubert59
    c'est tout une vie de couple, personne n'est à l'abri des déboires, de la fin d'un amour, et c'est bien dommage quand il y a des enfants qui sont partagés entre la mère et le père et c'est souvent la mère qui en a la garde pourtant quelque fois c'est elle qui a fauté mais c'est la loi. et même si un mariage est raté, il y a eu des bons moments, une vie faite d'amour qu'on ne peut renié et il est parfois certainement dur de voir un mariage se faire, on se dit pourvu qu'ils soient unis pour la vie et que des enfants viennent combler leur bonheur pour une longue éternité. la vie n'est faite que de bonnes et mauvaises surprises mais maintenant Marc,  tu t'es tracé une nouvelle route, ta vie nouvelle est née, tu es heureux ainsi tu ne dosi rien regretter à mon hmble avis, tu as fait de ton mieux pour élever tes filles qui hélas ne te rendent pas cet amour mais peut-être qu'un jour, elles se tourneront vers leur père et de demanderont pardon de t'avoir fait souffrir, ce sera une nouvelle naissance, peut-être n'est ce qu'une utopie mais vis maintenant ton bonheur avec tes amis, avec ceux qui te sont chers et qui te soutiennent dans tes moments difficiles, bon courage
    bises  
    4
    Samedi 7 Novembre 2009 à 23:11
    fabienne
    beaucoup de choses qui passent dans ce texte. Un morceau de toi, de ta vie d'avant, de celle d'aujourd'hui....
    des émotions, des émotions...
    je t'embrasse 
    3
    Samedi 7 Novembre 2009 à 22:40
    mirelie
    Comme tu dis si bien Marc, la vie est un éternel recommencement
    Pourrons nous éviter les erreurs de nos ainés ?
    Je t'embrasse bien fort mon ami
    2
    Samedi 7 Novembre 2009 à 18:26
    Domajj
    Bonsoir Marc,

    Quel beau texte, Marc... Que des émotiions, que de beaux mots, que de souvenirs, que de beaux moments racontés, que de pires moments non dits, que de moments oubliés, que de moments effacés pour arriver à vivre la vie que tu vis aujourd'hui et où tu es bien et heureux d'être... il a fallu faire de long et souvent difficile chemin mais qujourd'hui quelle belle vie... enfin, je crois.... quelle liberté, que de beaux moments,
    Je te remercie de ce superbe texte, mon ami, Marc... ça m'a fait un bien fou... ça me permet de comprendre qu'à tout moment on peut diriger sa vie... et ça c'est l'essentiel et je ne l'avais pas encore intégrer et digérer.... merci du fonc du coeur.
    Je t'embrasse très très fort, mon ami et @bientôt.

    Domajj, ton amie de terres de Champagne.
    1
    Samedi 7 Novembre 2009 à 13:21
    charlotte
    Quand s'égrènent les émotions,
    quand les mots disent les maux,
    quand ils disent aussi le Beau,
    et que ce Beau nous touche au coeur,
    nous sommes heureux d'être.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :