• Port souffrance...






    En panne de route vers un autre ailleurs

    Quai nord l’homme reste amarré au malheur

    Port de souffrances escale sans aucun espoir

    Le long des cordages glisse son désespoir

     

    Passé au long cours baladé en caboteur

    Présent en refus de redevenir voyageur

    Rencontres sans jamais de suite à au revoir

    Solitude apprivoisée accroché à des comptoirs

     

    D’un refus ancien d’aimer il se sait débiteur

    Un amour refusé dessert son inutile honneur

    Lendemains froissés par rencontres d’un soir

    Amours essorées en nuits seulement noires

     

    Aucun répit pour lui inventer douces heures

    Sa vie coule dans le fleuve de ses erreurs

    Insensée attente d’un impossible revoir

    Son cœur sinistré de mots reste écritoire

     

    En panne de route vers un impossible bonheur

    L’homme se sait être de son destin cambrioleur

    Corps en panne de cœur ne sait futur concevoir

    Sa vie est installée dans triste échec notoire


    « Besançon / Franche-Comté / 2...Ailleurs / Rémich... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    20
    sumadrad
    Dimanche 5 Mai 2013 à 22:13

    marc , ami marc....je te remercie de tes mots.....mais tu n'as pas bien compris le sens de mon commentaire....contrairement à ce que tu penses je n'ai pas pris cela pour moi .... et là je suis sincére marc...je te dis la vérité....avec ce que tu sais de moi tu n'aurais pas dû penser cela....j'aurais l'occasion de te l'expliquer si tu n'as pas compris.... pas plus que l'autre commentaire que j'ai déposé avant sur un autre de tes articles....si je te dis que tu sais pourquoi et pour qui mon coeur souffre(pour deux personnes dont je t'ai parlé) peut être que tu comprendras mieux....en te disant cela ..çà devrait suffire à éclairer des idées....tu aurais pû penser que ta premiére leçon d'il y a quelques semaines m'a ouvert les yeux....pas toi....mais pas grave marc....maintenant ce qui m'inquiéte c'est que tu veuilles toujours répondre à tous tes coms....mais tu es marc , l'ami un peu têtu....ptdr...mais que j'aime bien malgré cela....alors fais ce que bon te semble....bonne et douce soirée......avec toute l'amitié bleuté du sud....
    sumadrad.c b

    19
    sumadrad
    Dimanche 5 Mai 2013 à 22:13

    la vie c'est un océan de vagues au coeur qui navigue entre les flots pour respirer à l'air libre et ne pas couler dans les profondeurs sans lumiéres de cette mer immense,mais la solitude non souhaité s'impose bien malgré elle à ce coeur qui aime mais non pas ,de ne pas être aimé, mais de ne pas trouver en face de lui l'autre amour d'un coeur soit qui a disparu soit qu'il ne veut pas apparaitre....voilà ou se trouve la tempête dans le coeur déchiré par cette mer des sirénes muettes....bonne journée
    amitiés bleues
    sumadrad.c b

    18
    Lundi 25 Juillet 2011 à 19:22
    Marc de Metz

     

     

    Ami, je savais que tu n’avais pas pris à la lettre ce texte sur mes « autrui ». Mais comme j’aime te lire dans ce genre de réponses que tu sais faire à mes réponses à certains de tes commentaires (comme celui à auquel je suis en train de répondre), je suis resté dans les termes que tu as lus et j’ai droit à CE commentaire auquel je réponds là !

     

    Je reprends les réponses à vos commentaires, j’ai un retard considérable, mais j’ai maintenant d’avance 76 articles de prêts et Chronique peut arriver car j’’ai encore le temps d’en faire d’autres et j’aurai alors enfin du temps à lui consacrer… @mitié de Metz, Marc. Bonne soirée à toi.  

     

    17
    Dimanche 24 Juillet 2011 à 19:55
    Marc de Metz

     

     

    Ami, peux-tu cesser de supposer que ce genre de mots puisse t’être adressé… Bien entendu que je suis capable de me débarrasser d’autres « autrui » mais je peux te confier que dans l’immense majorité ce sont les autres qui me jettent de leur vie… Comme plus aucune rupture ne peut être pire que celles que j’ai dépassées, je peux aussi te confier que j’assume cela le plus sereinement possible : à savoir parfaitement !

     

    La vie m’a imposé que les ruptures savent toujours assainir ma vie ! Aucune rupture récente et je viens d’en subir plusieurs depuis quelques mois ne réussit plus à me peiner, à me déstabiliser, à me punir même… Aucun « autrui » n’a de prise sur moi l’ami, sauf en amitié et en complicité et en sincérité…

     

    Je viens de devoir laisser en instance vos commentaires depuis trois jours. Je vais tacher d’y répondre le plus vite possible et je t’en préviens pour ne pas que tu t’inquiètes de ce que cela peut représenter comme « travail »… @mitié l’ami, bonne soirée, Marc.

     

    16
    Mercredi 25 Août 2010 à 09:56
    Marc de Metz

     

     

    Si Dieu y est important pour tant de personnes…

    C’est celle où celui dans sa propre et intime vie qui peut/doit se protéger de ces dangers/souffrances/blessures.

    L’un des alliés de cette protection : la confiance en soi !

    Un autre : ne pas s’imaginer ne pouvoir vivre que dépendant(e) des autres.

    @micalement, Marc de Metz.

     

    15
    Mardi 24 Août 2010 à 20:36
    reinette

    amarré au malheur

    inutile honneur

    destin cambrioleur

    échec notoire

    mon Dieu préserve moi de cette vie.

    14
    Mercredi 3 Février 2010 à 18:39
    Marc de Metz

    Merci Chronique, J’aime utiliser des mots pour illustrer ce que peut m’inspirer la nature humaine dans le Monde dans lequel je sais vivre à vie J’ai besoin de traduire mes émotions, mes préoccupations, mes passions, mes rêves et mes fantasmes avec des mots. Je t’embrasse, @mitié de Metz, bonne soirée amie. Marc.

     

    13
    Vendredi 29 Janvier 2010 à 21:53
    chronique
    Bonsoir Marc
    j'aime beaucoup l'analogie que tu fais avec le monde de la mer et cette vie chaotique, rude  et finalement solitaire de bon nombre de personnes.
    Merci à toi pour ce très beau texte. Je t'embrasse très tendrement Marc de Metz.
    12
    Vendredi 29 Mai 2009 à 19:42
    Marc de Metz

    Je pense souvent à ces femmes et ces hommes qui peuvent ne pas avoir osé aimer, voulu aimer, su aimer et qui se trouvent alors au tard d’une vie en désespérance dans une solitude qui ne peut être alors que subie… et terriblement difficile. Merci pour ces mots Déborah… Bonne soirée et surtout qu’aune des tiennes ne se passe jamais dans un port souffrances, jamais !  Il est trop dur d’en sortir… @mitié, Marc de Metz.

    11
    Vendredi 29 Mai 2009 à 00:04
    Déborah
    Bonsoir Marc,

    Je trouve ton poème trés fort par la mélancolie, l'impression de "blocage", "d'impasse sentimentale" qui s'en dégage... Solitude opressante d'un train de l'existence qui passe à toute allure sans que l'on puisse s'y raccrocher. Coeur qui déraille en partance pour nullle part... quai vide d'errance affective. Un poème vraiment trés émouvant.
    Merci Marc de nous offrir par tes écrits tes ressentis sur le monde vus à travers tes yeux sensibles de poète.
    Amitiés
    Bisous et bonne nuit !
    Déborah
    10
    Dimanche 15 Mars 2009 à 17:01
    Marc de Metz

    Je suis allé à mon tour de fil en aiguille en passant par ces blogs que je visite voir le tien. Je en sais pourtant pas ni coudre, ni crocheter, ni tricoter… Je suis donc passé que pour te dire merci d’être venue chiner quelques émotions sur mon blog et pour te souhaiter une très belle fin de cette journée de dimanche où, ici, le soleil tricote une écharpe de printemps à notre ville de Metz. @mitié, Marc de Metz.

    9
    Vendredi 13 Mars 2009 à 08:05
    Michou
    Une invitation en réponse à revenir, les pas se font plus sûrs, le sourire retrouve ses marques si légères, je me réjouis de passer en douceur saluer ta journée.

    Michou
    8
    Jeudi 12 Mars 2009 à 21:01
    Marc de Metz

    Moi aussi, à mon tour, tardivement, j’arrive dans ce très beau commentaire sur la pointe des pieds, j’y découvre des mots très chaleureux, ils me rendent heureux et me donnent juste envie d’y répondre par un très sincère merci. Bonne soirée, @micalement, Marc de Metz.

    7
    Jeudi 12 Mars 2009 à 20:58
    Marc de Metz

    Je ne peux renier Nettoue aucun de ces mots qui sont les miens et qui doivent bien être raccrochés à mes sentiments les plus secrets, intimes, cachés. Pourtant je ne m’identifie pas à cet homme. Ce peut-il que je n’ai qu’assez d’imagination ou de maturité pour savoir d’écrire un destin que je ne sais pas être le mien. Il est vrai que la misère des autres me touche assez pour que je l’invente à défaut de la vivre. Je t’embrasse, très fort Nettoue et je t’accorde bien volontiers cette lecture que tu en fais au travers de notre amitié et de ce que tu sais déjà de moi. Bonne nuit, belle nuit bien au chaud comme moi ici et ici il n’y a aucun comptoir et heureusement. @mitié, Marc de Metz.

    6
    Jeudi 12 Mars 2009 à 20:47
    Marc de Metz

    Je t’invite à me pardonner de vivre dans une semaine exceptionnelle pour moi car sans temps pour faire ce jeu d’écriture…

    Je t’embrasse, très fort.

    @mitié, Marc.

    5
    Jeudi 12 Mars 2009 à 20:09
    Marc de Metz

    J’ai envie de penser que dans ce destin que j’ai mis en mots, le bleu n’est à jamais qu’un souvenir car la culpabilité me semble avoir rendu cet homme étranger à la vie et à ses beautés. Peut-être que cela fait de cet homme un survivant à ses propres erreurs et je suppose que cela peut être impardonnable le plus souvent… Bonsoir Loic, belles et douces heures à venir avant une autre journée demain. Marc.

    4
    Mardi 10 Mars 2009 à 19:07
    loic
    Douleurs et déchirures, une vie qui s'installe mais qui ne rêve plus... Nuages gris succèdent aux noirs mais à quand du bleu à l'horizon ? Amitiés sincères. Loic
    3
    Mardi 10 Mars 2009 à 11:46
    Lmvie
    Je t'invite à un jeu d'écriture
    Bisous
    2
    Mardi 10 Mars 2009 à 10:51
    Nettoue
    Remords, de choses faites, où regrets de celles que l'on à pas pù réaliser ? La barrière est mince, et souvent, mal mesurée !
    Solitude apprivoisée accrochée, à des comptoirs, dénote, des soirées d'errance à la recherche, d'un meilleur, fugace, d'un instant d'oubli, mais il y a les matins, sans joies décalqués sur la veille...
    Bien, que je me sente mieux, après ton mail, je ressents tes points de nostalgie...avec une acuité, que me donne ma grande amitié !
    Je t'embrasse mon ami Marc
    Nettoue
    1
    Mardi 10 Mars 2009 à 09:02
    Michou
    J'arrive sur la pointe des pieds, sans connaître, sans savoir et je découvre une superbe bannière et des mots profonds, merci pour ce partage.
    A bientôt,

    Michou
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :