• Ni mort ni vivant donc mortant... (suicidé chanceux alors ?)

       

    Suicide raté pour cause d’amis qui l’aimaient vivant

    plus que lui s’aimait mort

    Renaissance imposée par d’autres eux déjà là et toujours

    en blouses blanches

    Suicide non effacé puisque toutes ses cicatrices

    le lui racontent tous les jours

    Passé mortifère muselé par sa vie dans ses jours

    et ses nuits de maintenant

    Nostalgie de revenir en arrière affecte depuis son retour

    ses jours et ses nuits

    Suicide de sa vie compagnon ombre dans ses bonheurs

    lumière dans ses malheurs

    Interminable atermoiement d’une délivrance volée

    sans qu’il ne l’a jamais voulu

    Suicide qui le fait surtout n’être pas mort

    mais plus aussi vivant qu’il le faudrait

    Sentiment d’appartenance à la tribu des mortants

    car ni mort ni vivant donc mortant

    Mortant il est homme aime à nouveau souffre encore

    a des rêves la mort ne le terrifie pas

     

     

    « Centre Pompidou-Metz / Une toiture exceptionnelle...Au long de l'été lorrain / Le coeur écritoire / 1971... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    2
    Dimanche 2 Mars 2008 à 00:05
    Marc de Metz
    Bonsoir Mimi, c'est un témoignage d'une époque cruelle et douloureuse, non oubliée mais totalement dans le passé. Ni mort ni vivant peut-être que oui mais au moins encore dans la vie. Très bon dimanche à toi et à Alain, aux tiens. Bises, Marc
    1
    Samedi 1er Mars 2008 à 14:40
    Bonjour les garçons!! C'est très explicite ce texte... Je vous souhaite un bon week end gros bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :