• Metz / L'église Notre-Dame-de-l'Assomption...

    Metz / L'église Notre-Dame-de-l'Assomption...

    Je viens de découvrir que cette petite place (elle n'a pas de nom) portait avant le nom de place Coquotte. Donc, arrivant de la rue du Grand Cerf c'est en passant par la place Coquotte que je suis allé rue de la Chèvre photographier l'église Notre-Dame-de-l'Assomption.  

    TOUTES les photos de cet article peuvent être vues en GRAND.
    Retour à l'article par un clic à côté de la photo ouverte.

     

    Metz / L'église Notre-Dame-de-l'Assomption...

    L'église de style baroque est dédiée à la dévotion de la Vierge. Elle est celle des artistes du diocèse de Metz.  

     

    Depuis 2009 il vient d'être procédé à une campagne de rénovation sur les extérieurs et la toiture. Les derniers échafaudages viennent d'être retirés. Ce chantier aura moins duré que celui de sa construction. Commencée en 1665 à l'emplacement d'un temple protestant il ne sera terminé qu'en 1741.

     

    L'architecture de notre Notre-Dame se distingue par la sobriété de son ornementation et par un retour aux formes antiques. Elle est construite avec la pierre jaune de Metz, la pierre de Jaumont. 

     

    L'oubli des jésuites, celui de n'avoir pas prévu de rendre l'église accessible à tous, vient enfin d'être réparé. Au fond, la place de la Coquotte...

     

    C'est dans cette église qu'en 1744 le roi Louis XV reçu son surnom de "Bien-Aimé", qualificatif adopté ensuite par tout le royaume. 

     

    A un siècle près, Monsieur et Madame Verlaine auraient pu l'avoir à la table du baptême de leur fils Paul. Paul Verlaine est né à Metz en mars 1844.

     

    Les jésuites ont occupé l'église jusqu'à la date de la dissolution de leur ordre en 1762.  

     

    Après la Révolution de 1789, l'église n'a été rendue au culte catholique romain qu'en 1803 sur décision de Napoléon. 

     

    Metz / L'église Notre-Dame-de-l'Assomption...

    Elle est alors restaurée. Y sont installés : ce magnifique mobilier religieux, l'orgue de très grande qualité et des vitraux exceptionnels.  

     

    Metz / L'église Notre-Dame-de-l'Assomption...

    La statuaire des autels principaux et du chœur sont de l'autrichien Molknecht (1830).   

     

    J'aime bien cet Enfant-Jésus. C'est peut-être pour cette raison : lui et moi avons les mêmes bonnes joues... 

     

    Autre surprise c'est la largeur des deux travées latérales. Je m'y sens totalement dans l'église et pas "à l'écart" comme cela m'arrive dans la plupart des églises.

     

    Les arcades s'intègrent dans un ordre dorique à pilastre posés sur piédestaux. J'avoue aimer me promener dans l'église car j'en apprécie ce classicisme. 

     

    Sans être un spécialiste, j'aime penser que ces lustres puissent dater des années 1920 / 1930. 

     

    Les confessionnaux sont du 18e siècle. 

     

    Metz / L'église Notre-Dame-de-l'Assomption...

    Le mobilier provient de Trêves (Allemagne), ancien siège archiépiscopal dont dépendait l'évêché de Metz avant la Révolution. 

     

    J'aime beaucoup la présence de la lumière douce qui éclaire les nefs latérales grâce à ces ouvertures supérieures.  

     

     

     

     

     

    L'église est classée monument historique depuis le 18 décembre 1968. 

     

    Autour de l'autel se sont des évangélistes dans les niches. 

     

    Au dessus du chœur. 

     

    C'est en 1833 que fut créé la mise en scène de la Vierge pendant son assomption. Éclairée depuis par une lumière zénithale la Vierge a une pose aérienne et céleste dans un mouvement plein de dignité. 

     

    Les 21 vitraux d'origine ont été réalisés à Metz par l'atelier Maréchal-Gugnon entre 1841 et 1862.

     

    Le cœur polygonal m'impressionne toujours. J'aime m'y attarder en me tenant en son centre pour avoir une vue d'ensemble sur les statues dans leur niche haute.   

     

     

     

    L'église est toujours ouverte. C'est très appréciable de pouvoir y entrer pour quelques minutes ou pour plus de temps. D'autres peuvent s'y recueillir et prier.  

     

    Sur les 21 vitraux de l'église, 20 ont été créés par Laurent-Charles Maréchal peintre-verrier né à Metz en 1801. 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le buffet d'orgue est daté de 1729. L'orgue est un Mutin-Cavaillé-Coll. Les plus grands organistes du 20e siècle sont venus se produire à Notre-Dame.

     

    De très nombreux concerts sont donnés dans l'église à l'acoustique toujours exceptionnelle. De nombreux enregistrements de ces événements existent.

     

    Pendant les travaux sur la toiture, dans les combles il a été retrouvé l'un des deux vitraux manquants. Jusque là, 19 étaient d'origine et 2 avaient été dessinés dans l'esprit de ceux de Maréchal puis installés au début du 20e siècle. Celui qui a été retrouvé, après avoir été reconstitué et remis en état, vient de rejoindre les autres. 

     

     

     

     

     

    J'ai trouvé au dessus de la nef centrale ce blason blanc et noir. C'est celui de la ville de Metz. 

     

     

     

    Au cours de sa carrière, Laurent-Charles Maréchal a produit 12 000 vitraux. Ils ornent plus de 1 600 édifices en France.

     

     

     

     

     

    Je n'ai pas eu besoin d'allumer cette lampe sur pied, elle l'était.  

     

    A l'opposé de la place Coquotte c'est par la rue de la Tête d'Or que l'on peut rejoindre Notre-Dame. 

     

     

    Notre-Dame se laisse apercevoir depuis la rue Mazelle au dessus de la place Saint-Louis. Après m'être documenté pour accompagner de quelques explications les photos de cet article, je vais pouvoir mettre dans l'embarras bien des natifs de Metz en m'amusant à leur proposer comme lieu de rendez-vous la place Coquotte... J'en souris d'avance. 

     

    « L’exposition Art et Matière présentée par ART'MU au Château de Courcelles...Metz / Avril en fête... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    14
    Samedi 29 Août 2015 à 17:41

    L'église accueillera le groupe Vocal'Avenue le samedi 26 septembre 2015 pour un concert sur le thème des Libertés, un concert intitulé FREEDOM. Gospels, chants africains et autres thèmes connus seront au programme de la vingtaine de choristes accompagnés d'instrumentistes. 

    Concert organisé par le CCFD de Moselle.

    13
    Yvonne Anne
    Vendredi 4 Avril 2014 à 21:27

    Pour moi qui connais cette église, j'ai bien apprécié le traitement que tu faisais subir à tes photos. Cela met bien en évidence certains détails architecturaux. Merci à toi pour tous tes commentaires qui m' apportent un plus .

    Quant à la place Coquotte....je crois que même les" vieux" messins ne connaissent pas....

    Lorsque j'y passerai, je ne pourrai pas m'empêcher de pouffer de rire......De plus, je penserai à Marc " L'angelot joufflu"...

    Non Marc, je ne me moque pas!!!!

    12
    Vendredi 4 Avril 2014 à 20:41

    Bonsoir Marc,

    Tu m'aurais demandé où se trouvait cette place ce mardi 1er Avril, j'aurais "éclaté" * de rire mais elle existe bien!

    Merci pour cette visite bien complète, dorénavant, je vais l'admirer....de partout!

    Bonne soirée, gros bisous à tous les deux de Mireille du Sablon

    * non, c'est juste une image bien sûr....

    11
    Vendredi 4 Avril 2014 à 16:17
    jazzy57

    Il faudra que je vérifie mais je crois bien que c'est dans cette église que j'ai été baptisée , j'aime beaucoup aussi son architecture et la qualité de son acoustique . La dernière fois que j'y suis allée , j'étais vraiment fascinée par les confessionnaux , ( je vois déjà ce que certains pourraient en déduire ) . J'apprécie  beaucoup ce traitement de l'image qui laisse beaucoup de place à l'architecture . En voyant la photo de la vierge avec l'enfant Jésus j'ai souri non seulement pour ce que tu as écrit mais aussi en repensant aussi à celui de la vierge de Crevole http://www.encyclopedie.bseditions.fr/article_complet.php?pArticleId=165&articleLib=Duccio+di+Buoninsegna qui lui présente une tonsure caractéristique .

    Quant à la place  Coquotte eh oui tu me l'apprends je ne savais pas qu'elle s'était appelée comme celà. ( oups je devrais vraiment me plonger dans les livres de monsieur Sébastien Wagner ,d'autant plus qu'il vient de créer ses propres éditions http://editions-des-paraiges.eu/topic/index.html )

    Bonne soirée

    Bisous

     

     

     

     

    10
    Vendredi 4 Avril 2014 à 14:16

    Bonjour,
    Ah ! Ah ! Place de la “Coquotte” ! Étonnant ! Rendez-vous pris ...
    Elle est vraiment magnifique et bien éclairée cette église et tes explications ne font que faire grandir l'intérêt tout en faisant défiler les très belles photos qui agrémentent ton reportage !
    Mérite le détour dirions-nous … Les confessionnaux étaient réservés aux péchés de luxe … L'orgue est majestueux et laisse imaginer le son chuinté qui peu en sortir … Mais ! Surprenant ! Tu n'as pas photographié la chaire ! Y'a-t-il une explication ? Les jésuites n'étaient-ils pas des intellectuels prédicateurs enseignants AMDG ?
    La terrasse en face du parvis doit être très agréable une fois l'ombre de l'église propagée dessus …

    Concernant mon «« œuvre d'Art »» je suis seulement satisfait d'avoir redécouvert ma table à dessin informatisée pour réaliser une implantation en graphisme vectoriel ...

    Merci d'être passé … Bonne journée … @+ Claude

    9
    Vendredi 4 Avril 2014 à 12:05

    Cc Marc ... Merci de cette visite guidée dans cette magnifique Eglise !!!

    Bises Amicales, bonne journée

    8
    Vendredi 4 Avril 2014 à 11:15

    Bonjour Marc superbe cette église j'ai admiré chaque photos et apprécié chaque détails un magnifique ouvrage de nos Anciens.

    bon week-end monique

    7
    Vendredi 4 Avril 2014 à 10:20
    Josette

    Bonjour Marc, tes amis n'auront pas d'embarras ils se souviendront de ce bel article !

    merci pour cette visite, je trouve le mobilier magnifique, hélas ils a trop souvent disparu de églises, j'en apprécie d'autant plus la présence...les chemins de croix, les ambons, les confessionnaux que de pertes artistiques !

    Merci pour tes mots sur mes délires du mercredi, le vendredi c'est le coucou du haïku, un art où tu excelles

    Bises et bonne journée

    6
    Vendredi 4 Avril 2014 à 10:07

    Une place sans nom, étrange... Ce serait bien de lui redonner son nom d'origine. Une église aux belles proportions et au mobilier riche et varié, c'est souvent le cas dans nos églises, c'est l'un de leurs charmes. Bonne journée et bonne fin de semaine.

    5
    Vendredi 4 Avril 2014 à 09:38

    Bonjour Marc,

    Très jolie  Eglise  N.D. superbement décorée...sculptures finement travaillée dans cette belle pierre de Jaumont

    et  splendides vitraux....dédiée à la Vierge qui sont superbes et marqué en 1744 par le roi Louis IV.

    C'est une splendeur avec les belles photos que tu en a tirées.

    Merci à toi, je t'embrasse du Berry....ou la pluie commence à s'installer....

    Marielle 

     

    4
    solveig
    Vendredi 4 Avril 2014 à 08:48

    La Place Coquotte m'enchante, je ne me souvenais pas qu'elle se soit jamais appelée comme cela.

    J'aime la luminosité de la pierre de Jaumont, merci pour ce reportage Marc !

    3
    Vendredi 4 Avril 2014 à 08:35

    bonjour Marc drôles de noms de rues quand même mais pour une belle église l'extérieur est beau avec cette pierre de Jaumont et l'intérieur wouah quelle splendeur je suis émerveillée, j'aime comme toi cette vierge avec l'enfant, les vitraux sont superbes une belle visite merci décidemment ta ville regorge de jolies choses bon vendredi bises MA

    2
    Vendredi 4 Avril 2014 à 02:09

    Coucou Marc,

    Une belle introduction pour nous présenter cette superbe église, traverser la place Coquotte et emprunter la rue de la chèvre, béééééé, ce n'est pas commun. Tu as comme d’habitude réalisée de magnifiques photos de cette église, bravo! La vierge et l'enfant sont superbes.

    Bises et bonne nuit. ZAZA

    1
    Vendredi 4 Avril 2014 à 01:01

    Magnifiques, une fois de plus.  Les confessionnaux sont déserts, comme ceux d'ici. Faut croire que nous ne faisons plus de péchés :-).

    Mon coup de cœur va à ta photo des vitraux avec le lustre. Superbe prise de vue, du moins pour mon œil.

    Je ne me souvenais pas que Verlaine était de ta ville. Intéressant de s'en souvenir.

    Merci Marc et garde tes belles joues d'angelot.

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :