• MP-Envie-d-en-parler-07-09.jpg

     

     

     

     

    Voici la réponse que je viens de faire à un commentaire, celui-ci :

     

    J'habite la Corrèze mais je suis né à Metz. A voir toutes ces transformations rien d'étonnant que l'on se plaigne là-bas que la vie est si chère. Je suis passé cet été et pas moyen d'entrer dans cette ville que j'ai aimée du temps de JMR. Maintenant  il n'y a que le fric qui compte dans cette ville à mon avis il y a d'autres choses à réaliser dans Metz parce que je suis au courant des prix sur le boulevard, y en a qui vont pas tenir longtemps ! Ou peut être MAC DO.

     

    JMR c’est Jean-Marie Rausch. Il a été maire de Metz de 1971 à 2008, un excellent maire à qui Metz doit énormément et tout le monde ici le reconnait.

     

     

     

    Bonsoir, je ne suis pas natif de Metz, mais j’y vis depuis 1969. Je prends connaissance de votre opinion sur ce que serait devenue Metz depuis que JMR n’en est plus le maire.

     

    C’est la première fois que j’entends parler d’une personne qui n’a pas réussi à rentrer dans Metz, qui plus est dans sa ville de naissance et cela me rend particulièrement perplexe et au-delà j’en suis vraiment désolé pour vous.

     

    Connaissez-vous une ville qui serait restée figée après que son maire ait perdu son mandat au bout de six mandats ? Moi pas et je me félicite que d’autres après que JMR l’ait superbement modernisée, embellie soient en train continuer à mettre Metz en valeur et soient en train de gommer son déficit d’image, déficit national et international.

     

    Personne n’est obligé de vivre sur le nouveau boulevard de Trêves qui est une opération immobilière de grande ampleur réalisée uniquement avec des fonds privés. Elle est en train de mettre fin à l’état d’abandon dans lequel était tout ce bâti d’une qualité exceptionnelle.

     

    Il est possible que comme partout des commerces qui s’y sont installés puissent y connaître des avatars, je ne le souhaite pas et je souhaite le succès pour cette extraordinaire requalification et rénovation de ce bout de quartier.

     

    Je ne comprends pas votre affirmation qu’il n’y ait maintenant que le fric qui compte dans la ville de Metz et même je la réfute car cette ville n’est pas plus mal lotie que les grandes villes de France dont elle fait partie.

     

    Je vous sais en Corrèze, c’est aussi un très bel endroit. Je me permets de glisser dans ma réponse ce que j’aime écrire et dire de Metz : « Metz où il fait beau et bon vivre ! ».

     

    Vous ne l’avez pas fait, comme si je devais être responsable du devenu de la ville de Metz, mais je termine moi par une formule de politesse. Bonne soirée. Marc de Metz.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    17 commentaires
  • MP-Partager-la-vie-07-09.jpg

     

     

     

     

    J’imagine que nous le faisons toutes et tous : nous persuader (le plus souvent possible) que d’autres qui ont le même âge que nous font elles ou eux tellement plus vieux et s’entendre alors penser « je ne parais pas aussi vieille / vieux, c’est certain, impossible ! ». Il est rare en plus que nous partagions ce ressenti, pour ne pas risquer de s’entendre répondre :

     

    - Tu le crois vraiment ?

    - Tant mieux !

     

    Voici un témoignage poignant : j’étais  assise dans la salle d'attente pour mon premier rendez-vous avec un nouveau dentiste quand j'ai remarqué son diplôme accroché au mur. En lisant son nom et je me suis soudain rappelé un superbe grand brun. Il était dans ma classe au lycée quarante ans plutôt. Bien entendu, troublée, je me suis demandé si ce pouvait être lui. J’en avais été amoureuse. Il ne l’a jamais su.

     

    En le voyant, j'ai immédiatement écarté cette idée de mon esprit. Cet homme grisonnant, dégarni au visage marqué de profondes rides était bien trop vieux pour avoir été mon amour secret.

     

    A la fin des soins, troublée par sa voix, je me décide à lui demander :

     

    - Êtes-vous allé au lycée Henry IV ?

    - Oui !

    - Vous n’auriez pas eu votre bac en 1972 ?

    - oui, mais pourquoi cette question ?

    - Nous étions dans la même classe !

    - Vous étiez prof dans quelle matière ?

     

    J’ai changé de dentiste !

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    12 commentaires



  • Sur une photo prise à Thionville en Moselle,

    par Bernard,

    quelques mots pour partager avec vous

    des émotions…

    Ignorer quelques minutes la morosité de la vie

    est l’un de mes propos auprès de vous.

    Je vous invite un moment dans un temps autre que le Notre,

    il se veut être à l'intention de chacune et chacun de vous…

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    8 commentaires
  • Abécédaire évident 1 Marc de Metz 10 09 2012

     

     

     

     

    Abécédaire évident 2 Marc de Metz 10 09 2012

     

     

     

     

    Abécédaire évident 3 Marc de Metz 10 09 2012

      

     

      

        Abécédaire évident 4 Marc de Metz 10 09 2012-copie-1

     

     

     

       

    Abécédaire évident 5 Marc de Metz 10 09 2012

     

     

     

     

    Abécédaire évident 6 Marc de Metz 10 09 2012

     

       

     

     

    Abécédaire évident 7 Marc de Metz 10 09 2012

     

     

     

     

    Abécédaire évident 8 Marc de Metz 10 09 2012

     

       

     

     

     

    Abecedaire-evident-9-Marc-de-Metz-10-09-2012-copie-1.JPG

     

     

      

     

    Abécédaire évident 10 Marc de Metz 10 09 2012

     

     

     

       

    Abécédaire évident 11 Marc de Metz 10 09 2012

     

       

     

     

    Abécédaire évident 12 Marc de Metz 10 09 2012

       

     

     

     

    Abécédaire évident 13 Marc de Metz 10 09 2012

     

     

      

     

    Abécédaire évident 14 Marc de Metz 10 09 2012

       

     

      

     

    Abécédaire évident 15 Marc de Metz 10 09 2012

     

     

     

      Abécédaire évident 16 Marc de Metz 10 09 2012

     

     

      

     

    Abécédaire évident 17 Marc de Metz 10 09 2012

     

     

     

     

    Abécédaire évident 18 Marc de Metz 10 09 2012

     

     

     

     

    Abécédaire évident 19 Marc de Metz 10 09 2012

     

     

     

     

    Abécédaire évident 20 Marc de Metz 10 09 2012

       

     

      

     

    Abécédaire évident 21 Marc de Metz 10 09 2012-copie-2

     

      

      

     

    Abécédaire évident 21 Marc de Metz 10 09 2012

     

     

     

     

    Abécédaire évident 23 Marc de Metz 10 09 2012

     

     

     

     

    Abécédaire évident 24 Marc de Metz 10 09 2012

     

     

     

       

    Abécédaire évident 25 Marc de Metz 10 09 2012

         

     

     

     

    Abécédaire évident 26 Marc de Metz 10 09 2012

     

     

    Z

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    17 commentaires
  • MP-J-ose-et-j-assume-07-09.jpg

     

     

     

     

    Il m’arrive d’être en ville avec des amies, des collègues, des copines. Il arrive parfois (pas assez souvent…) que ces personnes en compagnie de qui je suis y croisent une connaissance pas rencontrée depuis des années, parfois depuis très très longtemps.

     

    C’est obligatoirement la surexcitée vous leur dessus, qui noie la retrouvée dans un flot de paroles, qui ne lui en laisse pas placer une pendant deux ou trois minutes.

     

    - Mon Dieu, c’est toi ! Comme cela me fait plaisir de te voir, c’est incroyable !

    - Si tu savais comme je suis heureuse de te revoir, c’est incroyable !

    - C’est incroyable car je t’ai reconnue de loin ! J’étais sûre que c’était toi !

    - Cela fait quinze ou vingt ans qu’on de s’est pas vues ! C’est incroyable !

    - C’est incroyable tout d’un coup de tomber là sur toi !

    - Je suis contente de t’avoir reconnue au bout de si longtemps ! C’est incroyable !

    - Pourtant il y a du monde en ville ! Je n’en reviens pas ! C’est incroyable !

    - Je parle souvent de toi avec Sylvie ! Tu sais bien, Sylvie ! C’est incroyable !

     

    Devinez qui et à chaque fois que cela se produit (trop rarement), après n’avoir pas dit un mot par politesse, pour laisser se faire ces retrouvailles bouleversantes dit, l’air de rien, à voix basse mais assez fort pour être entendu de tous, en s’adressant à l’amie, la collègue, la copine souvent ahurie, perplexe, souriante et presque toujours alors muette :

     

    - Ton amie d’avant vient de te faire gentiment savoir que tu avais déjà la même tête, la même silhouette et le même style il y a vingt ans ! Tu en as de la chance car elle a pu te reconnaître de loin !

     

    Bien sûr, si mes amies, mes collègues, mes copines savent que je suis capable du pire en matière d’humour, l’autre, la revenante, elle pas ! Mes amies, mes collègues, mes copines éclatent toujours de rire (plus ou moins), l’autre pas (jamais) et se défend immanquablement d’avoir dit ce que j’affirme qu’elle a dit…

     

    Cela fonctionne aussi très bien dans les réunions de familles, de service, d’anciens élèves, dans les mariages, dans toutes les occasions qui font se revoir des personnes qui se sont perdues de vue depuis des années…

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    12 commentaires
  • MP-Qu-entre-vous-et-moi-07-09.jpg

     

     

     

     

    Pour m’endormir, j’éteins très vite ma tête.

    Aucune idée noire ne vient alors éclairer ma nuit.

    J’ai un regret, celui de ne pas me souvenir de mes rêves.

    C’est frustrant car je sais que je ne rêve pas en noir et blanc.

    Je n’ai aucun souvenir d’avoir jamais fait de ma vie un cauchemar.

    Ceci me permet de supposer que je sais parfaitement éteindre ma tête.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique