• Le coeur écritoire / Là-bas (1971)

      
     


     
    Ce qu’il y a de merveilleux là-bas
    Les oiseaux volent dans le ciel d’azur
    Au dessus des remous de la Volga
    Dont ils ne perçoivent que le murmure
     
    Ce qu’il y a de merveilleux là-bas
    Les hommes et les femmes sont heureux
    Sur les bords du canal de Panama
    Dont l’eau reflète le soleil radieux
     
    Ce qu’il y a de merveilleux là-bas
    Les hommes sont des hommes très unis
    Dans la grande ville de Calcutta
    Qui se situe très loin vers l’infini
     
    Ce qu’il y a de merveilleux là-bas
    Quel qu’il soit l’homme y sera accueilli
    Venant de Tokyo ou Bogota
    Seul avec sa femme ou un ami
     
     
    Ce qu’il y a de merveilleux là-bas
    Je parle d’une ville d’un endroit
    Que personne ne connaît encore pas
    C’est que chaque nuit ce lieu je le vois
     
    Marc de Metz, texte écrit le 18 mars 1971


    « Vingt de mes "autour" du Centre Pompidou-Metz / 8...Temps partagé dans Metz prend mon temps... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    14
    Mercredi 26 Novembre 2008 à 17:09
    Marc de Metz

    Alors Gabriele… Je ne peux que te laisser l’initiative, lorsque tu en auras besoin ou envie de m’écrire… Je suis ravi car je viens de découvrir ta demande de rejoindre les Architectes d’intercoeurs et c’est avec un immense plaisir que je t’accueille dans notre communauté absolument certain que tes mots sauront très très vite trouver des échos parmi ceux et celles qui sont déjà Architectes d’intercoeurs et je crois être en mesure de t’affirmer que tu devrais y faire très vite de belles connaissances… Je t’embrasse avec amitié, Marc.

    13
    Mercredi 26 Novembre 2008 à 17:04
    Gaby

    Pudique ? Oui je le suis, tu as bien deviné. Mais cela n'empêche pas que ça fait toujours du bien de pouvoir se livrer à quelqu'un, aussi il est fort possible que je t'écrive un peu via ta messagerie.
    Quant à ce qui est de "me vivre une belle vie", je ne peux que te dire "j'essaierai".
    Amitié,
    Gabriele (avec un seul l stp).

    12
    Mercredi 26 Novembre 2008 à 16:41
    Marc de Metz

    Ravi de t’avoir permis Gabrielle de comprendre que non surtout pas, l’âge peut ne pas avoir d’importance surtout lorsque l’on partage des émotions par mots et maux interposés… Je t’ai deviné pudique et je te comprends bien quant à ton intention de ne pas tout dire ici sur ton blog, il ne faut d’ailleurs pas que tu le fasses, les interprétations qu’il pourrait en être faites alors risqueraient de te desservir plus que de t’aider. Je ressens que ces mots, les tiens, tel que tu les mets en place sont largement suffisants ici dans le contexte d’un blog et en plus ils sont redoutables, précis et très beaux sous ta main. Si un jour tu devais en ressentir le besoin, surtout n’hésite pas à entrer en contact avec moi par le biais de ma messagerie… J’ai eu, j’ai deux enfants filles aujourd’hui adultes. @mitié jeune Gabrielle, et vis toi une belle vie surtout… Marc.

    11
    Mercredi 26 Novembre 2008 à 15:36
    Gaby
    C'est moi qui te remercie d'avoir pris le temps de me répondre.
    L'âge n'a pas d'importance, si ? Que j'ai 15 ans ou 51, ce qui compte c'est ce que j'ai dans la tête !
    Oui, l'écriture m'apaise, mais parfois cela n'est pas suffisant. C'est bien là qu'est le problème...
    Mais qu'importe, je ne vais pas étaler ma vie et mes soucis, du moins pas ici. Je suis heureuse de t'avoir rencontré à travers tes mots.
    A tout bientôt, bise.
    Gaby.
    10
    Mercredi 26 Novembre 2008 à 14:35
    Marc de Metz

    Bonjour Gaby, quelles surprises je dois à ton commentaire dont je te remercie énormément car je suis très très touché d’avoir une très jeune et si talentueuse lectrice. Oui, je suis là dans tes mots et je dois dire que je suis non pas étonné par tes talents (les s sont volontaires) , mais plus simplement par tout ce qui transparaît de toi au travers de ton écriture. Je ne t’envie que pour une chose : celle à ton âge de disposer d’une tribune extraordinaire comme l’est ton blog. J’espère que tu es apaisée d’écrire et de partager ce qui peut te causer du chagrin, plus que du chagrin. Je suis déjà convaincu que tu dois être une exceptionnelle jeune personne qui me semble en plus avoir brûlé les étapes de la maturité… Merci de ton passage et surtout de m’avoir alors donné la chance de découvrir tes mots de vie en trop de maux me semble t-il… Je t’embrasse, @mitié, Marc.

    9
    Mercredi 26 Novembre 2008 à 14:22
    Gaby

    Bonjour,
    C'est ma première visite ici, et j'ai commencé à lire quelques uns de tes textes et poèmes. J'aime beaucoup l'esprit de ton blog.
    Etant moi même une ado qui écrit souvent, j'ai eu envie de te laisser un petit commentaire dans cette catégorie. La poésie est un des rares moyens que j'ai trouvé pour me soulager, transformer mes maux en mots. Elle compte énormement pour moi, et c'est pour ça que j'apprécie ton blog.
    Enfin voilà, je te dis à bientôt, chez toi ou chez moi.
    Amicalement,
    Gaby.

    8
    Dimanche 5 Octobre 2008 à 22:28
    Marc de Metz

    Merci Nettoue parfois j’imagine qu’alors je disposais d’un blog… je suis certain que cela aurait changé ma vie entière. Je t’embrasse très fort. @mitié amicales amie Nettoue.

     

    7
    Mardi 30 Septembre 2008 à 14:24
    Nettoue
    Déjà, talentueux l'ado. Marc; Je vais m'attarder un peu les jours à venir sur tes écrits de jeunesse.
    Je t'embrasse   Nettoue
    6
    Vendredi 9 Mai 2008 à 21:00
    Marc de Metz
    Le coeur écritoire / Là-bas (1971)

    Bonsoir Chevalier, il est si facile de ressembler à d’autres. Si seulement personne d’autre pouvait n’avoir subi ce à quoi je me retrouvais confronté depuis des années lorsque je n’avais que 17 ans… Mais bien que nous soyons « uniques » je sais, j’ai appris que la vie s’imposait souvent de même façon à trop de monde… C’est la vie ! Merci de tes lectures, merci de tes commentaires, merci de ton amicale présence dans mes textes. @ bientôt, bonne fin de semaine. Marc de Metz.

    5
    Jeudi 8 Mai 2008 à 22:12
    Marc de Metz
     Le coeur écritoire / Là-bas (1971)

     

    Bonsoir Théo, merci de ta lecture de mes morceaux d’adolescence… Je ne sais plus par quel miracle je peux disposer de ce cahier dans lequel j’ai quelques écrits qui datent d’une, même pour moi, si lointaine époque… Ce que je sais, c’est que ces écrits me permettent de me retrouver et d’adoucir ce qui peut alors m’avoir tellement fait mal. Je te dis encore merci de les lire et plus encore de les commenter… Amitiés à toi Théo. Marc.

    4
    Jeudi 8 Mai 2008 à 21:49
    Ah, les belles rêveries d'adolescence ! Une bonne idée, Marc, de les avoir regroupées ici ... Un ilôt rafraîchissant ... Mes amitiés
    3
    Jeudi 8 Mai 2008 à 21:29
    bonsoir marc toujours à ma découverte de ce jeune adolescent qui ressemble à certains d'entre nous bonne soirée amitiés
    2
    Jeudi 3 Avril 2008 à 17:46
    Marc de Metz

    Le coeur écritoire / Là-bas (1971)

    Bonjour, c’est toujours avec un grand plaisir que je découvre presque chaque jour d’autres personnes, d’autres cœurs, d’autres histoires de vie. Merci pour votre commentaire. Il est toujours très agréable d’être lu et encore bien plus d’être commenté. Aujourd’hui grâce à vous j’ai trouvé un blog qui commence par : Passionnée de mots pour guérir des maux…Là je sais avoir trouvé une autre architecte d’intercoeurs. Les architectes d’intercoeurs, c’est la communauté que j’ai créé pour nous accueillir nous qui sommes des artisans en mots pour réussir avec notre âme et cœur à partager nos vies et nos aspirations… Votre blog est très sympa. Vos poèmes sont très beaux et débordent de beaucoup de passion. Merci, Marc de Metz.

    1
    Jeudi 3 Avril 2008 à 17:27
    Naturaimer.
    Très beau, très vrai ce poème, bonne soirée et amitiés
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :