• Le coeur écritoire / Femme (1968)...




     

     

     

     

    Femme amour singulier

    Amour intarissable et irrégulier

    Sentiments ancrés au fond d’un cœur

    Espoirs tournés vers le bonheur

     

    Parfois l’amour laisse des traces

    La haine empreinte qui difficilement d’efface

    Mais qui avec le temps sans amertume

    S’atténue pour devenir de la rancune

     

    Souvent la femme trouve son bonheur

    Dans une vie simple qui s’écoule avec douceur

    Et quand la mort intransigeante arrive

    C’est un cœur comblé qu’elle entraine à la dérive

     


     

    Ecrit à Nice durant l’été 1968
    L’été de mes quatorze ans
    Retrouvé à Metz par hasard en mars 2009




    « Des toits de Metz tout est possible...Vingt petits morceaux choisis de Metz... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    6
    Vendredi 2 Avril 2010 à 18:46
    Marc de Metz

     

     

    Puis-je te confier, Chantal, ce secret ? Je ne cesse de me demander ce qui peut m’avoir permis d’écrire cela alors que je n’avais encore jamais moi eu la moindre expérience de la vie ? Me découvrir ne pas m’être trompé, me trouble souvent… Mais je ne peux que reconnaître la « paternité » de ces mots… mots pour moi étranges mais dont je conserve le souvenir de la sincérité et celui du besoin de les écrire… Bonne soirée, je t’embrasse, @mitié de Metz, Marc.

    5
    Vendredi 2 Avril 2010 à 15:22
    chantal

    ce qui me surprends, très agréablement, c'est de constater qu'à 14 ans tu possédais déjà la grâce de la galanterie. Tu analysais très justement et développais avec discernement la condition de la femme.. Quelle mâturité !

    4
    Lundi 27 Avril 2009 à 16:11
    Marc de Metz

    Je passe aussi bien entendu ce lundi 27avril dans ce commentaire pour te demander de bien vouloir encore m’excuser, Nadine de ne pas y avoir répondu en temps voulu ce que je regrette beaucoup… Entre celui-ci est le plus récent j’ai répondu à 400 commentaires dont les tiens plus récents… sans réussir encore à donner à une séquence d’une grosse trentaine de commentaires une réponse avant aujourd’hui. Bonne fin de journée Nadine. @mitié de Metz, Marc. Je ne voulais plus laisser ces commentaires sans réponse de ma part…

    3
    Lundi 27 Avril 2009 à 15:56
    Marc de Metz

    Une nouvelle fois aujourd’hui je passe ce lundi 27avril dans ce commentaire pour te demander à nouveau de bien vouloir m’excuser, Corinne de ne pas y avoir répondu en temps voulu ce que je regrette beaucoup… Entre celui-ci est le plus récent j’ai répondu à 400 commentaires dont les tiens plus récents… sans réussir encore à donner à une séquence d’une trentaine de commentaires une réponse avant aujourd’hui. Bonne fin de journée Corinne. @mitié de Metz, Marc, je t’embrasse. Désolé d’utiliser presque un copier/coller mais je tiens au moins à m’excuser et je dois là satisfaire environs 25 commentaires tellement en retard.

    2
    Mardi 14 Avril 2009 à 10:46
    corinne
    bonjour et bien moi je n'étais qu'un petit  bébé en 68

    Quel talent, écrire en tel poème à 14 ans bravo

    C'est vrai que nous trouvons notre bonheur dans des petits plaisirs de tout les jours, enfin ce n'est pas le cas de tout le monde, mais rien n'est plus vrai que la simplicité

    bisous
    1
    Mardi 14 Avril 2009 à 08:18
    nadine
    Le coeur en émoi pour ce jeune garçon de 14 ans habitant Nice.Et déjà quel talent, j'aime énormément ce retour en arrière.
    Marc, ne crois pas que je ne vienne plus te lire, je suis fidèle aux architectes d'ntérieur, comme Dominique, liedich , et il me renvoient bien sûr dans ton univers généreux.C'est si bon!
    nadine
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :