• La vieille usine triste...

    Vieille usine de Sarreguemines 01 mp1357 2010

     

     

      

     

    Une vieille usine dans l’Est se meurt dans l’ennui

    Une gouttière éclatée pleure sur sa lente agonie

    Une vieille usine se meurt dans tristes compromis

    De la rouille sature une porte inutile de mélancolie

     

     

     

     

    Vieille usine de Sarreguemines 2 mp1357 2010

     

     

      

     

    Là-haut joue l’acrobate un jeune arbre bien hardi

    Sa gracile silhouette caresse le ciel bleu son ami

    Solitaire le frêle arbrisseau prie pour rester en vie

    Au dessus de la vieille usine c’est sa seule envie

     

     

     

     

    Vieille usine de Sarreguemines 3 mp1357 2010

     

     

     

     

    Le silence derrière ses fenêtres murées est infini

    De rustiques fleurs racontent une présence amie

    En ville des anciens saluent l’usine avec nostalgie

    La vieille bâtisse n’est pas là tombée dans l’oubli

     

     

     

     

    Photos prises à Sarreguemines / Moselle…

     

     

     

     

    « Bivouac / Exposition Ronan et Erwan Bouroullec au Centre Pompidou Metz / 2...Haïku : Critiques... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    22
    gavroche
    Dimanche 5 Mai 2013 à 21:53
    gavroche

    bonjour tres beau ta poesie autour de cette usine

    la puissance des mots rend plus triste le sort de cette usine

    bon samedi  amities

    21
    Samedi 25 Décembre 2010 à 11:26
    Marc de Metz

     

     

    Vous m’avez déposé hier ce message rien que sous douze de mes articles !

    Je le retrouve ce matin une nouvelle fois !

    Je vous remets alors la même réponse qu’hier  et je ne vais pas aujourd’hui suivre ce lien que vous indiquez…

     

    Lorsque je trouve une invitation à découvrir un blog, curieux je vais le plus souvent le découvrir mais en déplorant toujours que celles et ceux qui lancez ces invitation à aller vous lire, vous n’ayez pas laissé le moindre commentaire sur l’un des plus de 3 000 articles que j’ai déjà publiés ! En fait, je ne vais moi jamais me permettre de faire comme vous car je ressens ce genre d’attitude comme simplement grossière car si vous considérez que votre blog doit être découvert, il serait tout aussi normal que vous laissiez à celles et ceux que vous interpellez le sentiment d’avoir été lu et peut-être même apprécié ! Marc de Metz.

     

    20
    Samedi 25 Décembre 2010 à 00:37
    fermaton.over-blog.c

    Bonjour,

    Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.
          
    Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

    La Page No-23, LE NOEL DE LUXE ?

    Cordialement

    Clovis Simard

    19
    Lundi 18 Octobre 2010 à 19:26
    Marc de Metz

     

     

    Ce que tu écris traduit bien tout ce que j’ai ressenti en me promenant le long de cette usine. Oui, elle a manqué d’affection mais elle n’est pas elle entièrement détruite et je l’imagine ne pas l’avoir été pour devenir autre chose qu’une vieille masure industrielle. Bonne soirée Loic, @mitié de Metz, Marc.

     

     

    18
    Lundi 18 Octobre 2010 à 19:24
    Marc de Metz

     

     

    J’aime me confronter à ce qui est triste, c’est aussi la vie.

    Mais je ne le fais qu’avec beaucoup de respect.

    Merci pour ton commentaire, il m’est précieux.

    @mitié de Metz d’où je te souhaite une très bonne soirée. Marc.

     

    17
    Lundi 18 Octobre 2010 à 19:18
    Marc de Metz

     

     

    Je ne sais rien de ce que cette usine a pu produire, sauf que je la relie à la faïence qui pendant deux siècles aura fait la richesse et la renommée de Sarreguemines… Oui, elle se trouve à proximité de ce genre d’exploitation. Je t’embrasse, merci pour ce commentaire, il me fait bien plaisir. @mitié de Metz, Marc. Bonne soirée à toi.

    16
    Lundi 18 Octobre 2010 à 19:13
    Marc de Metz

     

     

    Je nous sais nombreux à être familiers avec ces vieilles constructions industrielles qui se meurent encore dans bien trop de nos paysages urbains… Oui, comme toi, je partage le besoin de se souvenir des laborieux qui y travaillèrent et celui de trouver dans la présence de la nature de l’espoir que la vie ne soit pas morte, aussi morte qu’il est possible de le croire. @mitié de Metz, Marc. Bonne soirée Covix.

    15
    Lundi 18 Octobre 2010 à 19:11
    Marc de Metz

     

     

    J’avais lu « Loic »…

    Formidables mes lunettes « double-foyer »…

    Je t’embrasse.

    Marc de Metz.

     

    14
    Lundi 18 Octobre 2010 à 19:10
    Marc de Metz

     

     

    Je suis là ravi d’avoir réussi, en publiant cette photo, à te faire partager ce que j’ai ressenti en découvrant la symbolique représentée par cet arbrisseau si vaillant au dessus de ce presque cadavre d’usine. @mitié de Metz, Marc. Bonne soirée.

    13
    Lundi 18 Octobre 2010 à 19:06
    Marc de Metz

     

     

    Je crois que je ne fais que passer, qu’aimer regarder et voir ce qui se passe dans nos villes et aussi je sais que j’aime partager avec vous ce que je récolte en photos… C’est vrai que je regarde la vie dans les villes, dans les campagnes et que j’aime cela. @mitié de Metz, merci pour ce commentaire. @mitié de Metz, Marc.

    12
    Lundi 18 Octobre 2010 à 19:01
    Marc de Metz

     

     

    C’est ce que j’ai imaginé car cette usine est presque au centre ville et non pas au fin fond d’une zone industrielle et les anciens ne peuvent que l'y voir… Oui, ces bâtiments sont encore beaux et je les suppose pouvoir être gardés debout pour qu’ils retrouvent de la dignité dans une autre vie… @mitié de Metz, Marc.

     

     

    11
    Lundi 18 Octobre 2010 à 18:58
    Marc de Metz

     

     

    Tout ce qui est désaffecté m’interpelle toujours pour justement les raisons que tu cites… Merci Solange pour ce que tu me dis sur ce que j’ai écrit inspiré par la découverte de cette si vieille usine en pleine ville. Je la suppose pouvoir être promise à une autre vie, je l’espère pour elle. @mitié de Metz, Marc.

     

     

    10
    Lundi 18 Octobre 2010 à 12:44
    Marc de Metz

     

     

    Oui, beauté de cette usine abandonnée, mais encore fleurie…

    J’ai aimé la découvrir et la partager avec vous.

    @mitié de Metz, Marc, je t’embrasse.

     

    9
    Dimanche 17 Octobre 2010 à 18:20

    elle s ' ennuie,mais elle est fleurie

    paradoxe entre cet abandon et ces fleurs

    bon dimanche

    8
    Dimanche 17 Octobre 2010 à 00:40
    Solange

    Un batiment à l'abandon c'est toujours triste, dans cet usine il y a eu des vies, des difficultés, mais aussi de la joie et de la camaraderie. C'est  beau ce que tu as écrit.

    7
    Samedi 16 Octobre 2010 à 23:50
    flipperine

    et tous ceux qui y ont travaillé doivent avoir un pincement au coeur devant elle et cette usine doit être digne d'être protégée, ces bâtiments ont l'air bien beau

    bises

    6
    Samedi 16 Octobre 2010 à 19:35

    la douceur expressive des mots

    le choc des photos

    il fallait le coup d'oeil

    éviter l'écueil

    tu es le maître visuel

    avec le bleu du ciel

    avec toute mon amitié

    sumadrad

    5
    Samedi 16 Octobre 2010 à 17:31
    cafardages.over-blog

    ce jeune arbre, c'est peut être un symbole

    4
    Samedi 16 Octobre 2010 à 13:29
    Chronique

    oups ! lire "loic".....

    3
    Samedi 16 Octobre 2010 à 12:23

    Merci de nous faire "revivre" ces bâtiments industrielles, je me souvient jeunot, d'un retour de belgique pédibus jambus  à travers bois, de ces industries à l'abandon, quelle tristesse!

    Souvenirs des ouvriers et honneur de la nature qui vient l'épouser.

    Bonne journée

    @mitié

    2
    Samedi 16 Octobre 2010 à 10:27
    Chronique

    Bonjour Marc de Metz

    Belle histoire racontée avec de belles photos et de beaux mots.... Etais-ce une usine qui produisait du lait car la porte a étrangement la forme d'un petit broc à lait.......

    j'aime aussi l'allusion que fait Covix d'autant que Gavroche est venue laisser un commentaire juste après lui ....

     

    Je te souhaite une belle journée

    Je te sais en agréable compagnie

    Gros bisous à tout les deux

    Chronique

     

    1
    Samedi 16 Octobre 2010 à 09:07
    Loic

    Elle est si triste que, négligeant sa coiffure, des épis se sont formés, lui donnant un petit air « gavroche » et négligé… Elle manque sûrement d’un peu d’affection !

    Amitiés. Loic

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :