• Fabienne un an déjà sans oubli jamais... Enfoiré de cancer !




    Octobre 2008.

     

    Il y a un an ce soir nous étions, Bernard et moi comme Fuxy et Fuxa du Terrier des renards confrontés à un odieux départ définitif. Ces mots sont ceux écrits pour Fabienne il y a un an, pour Fabienne amie que nous portons toujours dans notre cœur. Elle nous aura fait être devenus amis et proches de sa famille depuis son départ. Il y a un an ce soir que Fabienne est partie. Pour nous ce n’est qu’une première année sans elle. Ce soir est une une soirée sans plus de pleurs, une soirée en pensées avec elle comme très souvent depuis un an.   

     

    Octobre 2007.
     

    Malgré notre affection, malgré notre solidarité, malgré notre amitié pour notre Fabi, malgré notre présence à ses côtés au quotidien et ce depuis des mois en compagnie de sa famille et de bien d’autres amies et amis, malgré notre haine de ses souffrances, de ses peurs, malgré notre refus de la perdre si rapidement, malgré sa volonté de vivre, malgré que nous l’aimions tous : Fabienne est morte ce samedi 20 octobre 2007 vers 18h00 alors que Bernard et moi étions sur le point de prendre ce si court chemin entre l’hôpital Sainte Blandine et notre domicile. 2007, année de ses 50 ans que nous avons fêté au cours d’une merveilleuse journée ensoleillée et douce début mars. Malgré notre peine et notre désarroi à tous, malgré ce vide laissé par sa généreuse personnalité et son amitié indéfectible, malgré cet enfoiré de cancer, ignoble conclusion à sa vie de courage et de volonté car notre Fabienne avait perdu la vue par la faute d’un diabète compagnon indésirable mais apprivoisé dans sa vie. 
     
    Voici le texte qu’à la demande de sa famille j’ai écrit et lu mercredi lors de sa messe d’enterrement.

     

    A toi notre Fabienne,

     

    Fabienne, c’est Marco ! Et comme je l’ai fait si souvent je commence par te décrire ce qui se passe. Je suis avec ton Bernard mais en compagnie de tes parents, de ta famille, de tes amis, et de bien d’autres. Oui Fab, regarde, nous sommes chez toi à Farébersviller venus te dire au revoir. Surtout Fabi, n’hésite pas à faire résonner, là dans nos cœurs, ton rire si extraordinaire, si joyeusement bruyant, que nous aimons. Nous en avons plus besoin que jamais.

     

    Un instant Fabienne. Je te demande la permission de m’adresser à ta maman, à ton papa, à Josiane et Jean-Paul et à Sarah que tu aimes tant pour leur dire combien pour nous tous tes amis qui avons la chance de te connaître tu es une merveilleuse personne. Pour leur dire aussi combien tu leur es attachée d’une façon indéfectible et avec quelle passion émue tu nous parles d’eux, de votre vie, de votre famille. Je veux leur dire que malgré toutes les misères que te fait la vie tu gardes le moral en trouvant si facilement l’important et l’essentiel chez chacune et chacun dans toutes les circonstances. Tu vois Fabienne je n’ai pas été long. Je sais que chacun de nous porte en lui pour toujours assez de toi pour ne pas que je commette l’affront de décrire à quiconque t’a rencontré ta gentillesse, ta pétillante personnalité, ton exceptionnel charisme et ton amour de la vie.

     

    Aujourd’hui, en présence de tous, je veux te dire de la part de Cathy et Laurent, de Jean-Martin et Bernard de Josiane, Sarah, Jean-Paul et encore de Bernard et moi et aussi de tous les autres comme de Laurence, Chantal, Fabienne et même de tes parents combien nous détestons, dans cette belle église Sainte-Thérése, l’absence de ces chahuts joyeux, de ces rires et de ces plaisanteries si souvent partagés avec toi. Nous sommes Fabienne, et tu sais que je ne te cache rien, tous bouleversés et tristes. Oui nous avons une peine énorme et oui nous sommes très en colère. Pas contre toi ma Fabienne mais contre cette maladie odieuse qui nous prive de ta présence aussi cruellement que définitivement. Fab, dans nos cœurs tu es et tu resteras.

     

    Fabienne, c’est toujours moi Marco et là je vais devoir cesser de parler de toi au présent et je t’en demande pardon. Dieu va t’accueillir en sa maison puisque nous te confions à lui aujourd’hui. Puisses-tu auprès de lui voir à nouveau pour nous regarder apprendre à vivre sans toi en t’amusant de nous voir nous servir de tout ce que nous avons partagé avec toi et appris de toi pour continuer ensemble à mériter ton amour, ton affection, ton amitié.

     

    Au revoir ma Fabienne, notre Fabienne ! Merci d’avoir dans nos vies été fragile et courageuse, délicate et forte, entreprenante et imaginative, présente et discrète, sage et passionnée, patiente et enthousiaste. Merci d’avoir été joyeuse et optimiste, attentive et réservée. Merci de cet enrichissement acquis auprès de toi autant dans tes rires et ta bonne humeur que dans tes souffrances. Merci de nous avoir, par ta douce sérénité lors de ces heures terribles de ta maladie, donné la force d’accepter ton départ. Merci tout simplement d’avoir été cette exceptionnelle Fabienne.

     

    Merci, un vrai grand merci à vous Madame maman et Monsieur papa, à vous Josiane, Sarah et Jean-Paul, de nous avoir accepté nous ses amis de Metz à vos côtés près d’elle, avec elle durant cette épreuve. Merci encore à cette formidable équipe de soignants de l’hôpital Sainte Blandine de Metz que tu as Fabienne elle aussi abusée par ton courage, bluffée par ta volonté de te battre, émue par ta gentillesse, bouleversée par ta bonne humeur, émerveillée par ta lumineuse présence. Merci à chacun d’entre vous d’être là aux côtés de Fabienne et de sa famille. Au revoir Fabi, nous t’aimons.

     

    Metz / Farébersviller le 24 octobre 2007


    Octobre 2008

    Samedi soir nous étions réuins avec sa famille dans cette même église à Farebersviller pour une messe d'anniversaire, une première messe pour nous souvenir ensemble de ce que nous avons vécu et de ce que nous savons vivre sans elle depuis comme nous savons qu'elle l'aurait souhaitée. Dans moins d'un mois nous serons tous réunis pour une belle affaire en amitié. Cela nous le devons à Fabienne.

    Bonne nuit Fabienne...


     

    « Metz, petit lexique du bien parler "français" en MoselleCollectionneur d'anniversaires... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    6
    josiane et jean-paul
    Lundi 6 Mai 2013 à 00:17
    josiane et jean-paul
    Merçi beaucoup Marco et Bernard.Fabienne était une frangine exceptionnelle,elle nous manque énormément.Bisous à plus
    5
    Samedi 25 Octobre 2008 à 15:21
    Marc de Metz

    Fabienne nous a fait être amis. Pas maline ta sœur car tout cela se fait sans elle ! Mais je n’arrive ni à l’oublier ni à lui en vouloir. Je t’embrasse, @ bientôt, @ vite. Marc.

    4
    Mardi 21 Octobre 2008 à 10:40
    Marc de Metz

    Je te savais être venue avant de lire dans ce très beau commentaire… Je t’embrasse, très fort. @ très vite, dans une petite dizaine de jours. @mitié, Marc.

    3
    Mardi 21 Octobre 2008 à 10:38
    Marc de Metz

    Merci Ptasy de ce chaleureux commentaire. Une année vient de passer, la première, la plus triste mais une année qui ne nous fait rien oublier de ce que nous avons vécu de merveilleux avec Fabienne et de terrible pendant les presque six mois de cet enfoiré de cancer. . Je t’embrasse, @mitié, Marc.

     

    2
    Mardi 21 Octobre 2008 à 05:03
    Line-Ptasy
    Très touchant cet hommage à ton amie disparue.
    Bisous
    1
    Lundi 20 Octobre 2008 à 23:03
    Galatée
    Sur la pointe des pieds,
    mais avec beaucoup d'amitié...
    juste vous dire que je pense très fort à vous cinq,
    et que je vous embrasse,
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :