• Dans un vieil almanach...

    MP-Truc-en-mots-07-09.jpg

     

     

     

     

    Un petit texte, à savourer...

     

    Monsieur Lamère a épousé Mademoiselle Lepère. De ce mariage, est né un fils aux yeux pers.

     

    Monsieur est le père, Madame est la mère. Les deux font la paire. Le père, quoique père, est resté Lamère, mais la mère, avant d'être Lamère était Lepère.

     

    Le père est donc le père sans être Lepère, puisqu'il est Lamère et la mère est Lamère, bien que née Lepère. Aucun des deux n'est maire. N'étant ni le maire ni la mère, le père ne commet donc pas d'impair en signant Lamère.

     

    Le fils aux yeux pers de Lepère devient maire. Il est le maire Lamère, aux yeux pers, fils de Monsieur Lamère, son père, et de Mademoiselle Lepère, sa mère.

     

    La mère du maire meurt et Lamère, père du maire, la perd.  Aux obsèques, le père de la mère du maire, le grand-père Lepère, vient du bord de mer et marche de pair avec le maire Lamère, son petit-fils. Les amis du maire, venus pour la mère, cherchent les Lamère, ne trouvent que le maire et Lepère, père de la mère du maire, venu de la mer, et chacun s'y perd !

     

    Yeux pers : entre bleus et verts.

     

    Cette dictée aurait  été trouvée dans un vieil almanach.

     

     

     

     

    « Un dimanche d'automne en Moselle / Fin...A Metz les feuilles d'automne tombent en tourbillonant... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    12
    Dimanche 28 Octobre 2012 à 07:57
    Marc de Metz

     

     

    Je lui trouve, avec mon regard d’aujourd’hui, un humour assez pervers ! Il est vrai qu’à l’époque les élèves apprenaient grammaire, orthographe et syntaxe d’une autre façon que celle d’aujourd’hui et avec une exigence de résultats autre que l’actuelle… Bonne journée l’ami. Je suppose qu’il fait glacial à Lyon… Marc de Metz.

    11
    Dimanche 28 Octobre 2012 à 07:50
    Marc de Metz

     

     

    Heureusement, qu’à cette époque les élèves étaient habitués à travailler avec les méthodes d’alors. J’imagine qu’aujourd’hui aucun enseignant ne se risquerait à faire faire cette dictée… Oui, nous pouvons trouver cela cruel avec notre perception actuelle. Bonne journée Marielle. @mitié de Met. Je t’embrasse.

    10
    Dimanche 28 Octobre 2012 à 07:34
    Marc de Metz

     

     

    Et même là son français il me semble…

    Ouf, je n’ai pas de dictée prévue ce dimanche.

    Bises de Metz, Marc. Bonne journée blanche ou pas.

     

     

    9
    Dimanche 28 Octobre 2012 à 07:31
    Marc de Metz

     

     

    Comme toi, moi aussi j’aurais fait des fautes.

    J’adorais le français à l’école et surtout les rédactions…

    Bises de Metz, bon dimanche Claudine, Marc de Metz.

     

    8
    Samedi 27 Octobre 2012 à 19:21

    Hormis son humour, il n'est pas aisé de la couvher sur le papier... de quoi s'embrouiller les méninges.

    Bravo pour cettte découverte.

    @mitié

    7
    Samedi 27 Octobre 2012 à 17:07
    Marielle

    Oh là là ...!  les pauvres petits, c'était cruel l

    Bisous , amitié du Berry. Marielle.

     

    6
    Samedi 27 Octobre 2012 à 12:02
    Steph'

    De quoi en perdre son latin :) Bises Marc :)

    5
    Samedi 27 Octobre 2012 à 10:44
    canelle/claudine

    J'aurais sans doute fait quelques fautes ....sourires

    En tous les cas , génial !!

    Bises

    4
    Samedi 27 Octobre 2012 à 10:37
    Marc de Metz

     

     

    C’est trop sympa d’avoir eu dans son enfance un « le pèrelamère ».

    Bien de nos noms de famille trouvent leur origine dans ces appellations du crû…

    J’aime cette réalité mais je plains celles et ceux qui portent des patronymes « encombrants ».

    Bonne journée Paquerette, @mitié et bises de Metz, Marc.

     

    3
    Samedi 27 Octobre 2012 à 10:32
    Marc de Metz

     

     

    J’ai moi du relire quatre fois ce texte avant de le comprendre…

    Rien que de m’imaginer l’avoir eu en dictée : je panique !

    Bonne journée @nnie, @mitié de Metz, Marc.

     

    2
    Samedi 27 Octobre 2012 à 08:47
    paquerette

    Eh bien, ce n'est pas compliqué en fait, autrefois tout était simple

    c'est bien la difficulté de la langue française pour les étrangers.

    Cela me rappelle que quand j'étais enfant il passait dans notre village des marchands ambulants et l'un d'eux qui vendait des vêtements était surnommé "le pèrelamère" on m'a expliqué bien plus tard qu'il disait toujours bonjour aux femmes ainsi" Bonjour la mère" d'ou l'origine de son surnom.

    belle journée,bises

    1
    Samedi 27 Octobre 2012 à 07:02
    @nnie54

    Oups ! attend, il faut que je relise dès le début ! je recommence !  tu nous embrouilles là ! 

    Bon weekend Marc, @nnie

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :