• Confidences sur l'amitié...

    MP-Pas-envie-de-me-censurer-07-09.jpg




    Lorsque je dis aimer vivre l’amitié, c’est pour moi aimer avoir des amis différents.

    Lorsque je dis vouloir y vivre en confiance, c’est pour moi la seule vraie attente.

    Lorsque je dis ne vouloir n’y être pas dépouillé, ce n’est que de cette confiance.

    Sans la confiance, chaque rencontre n’est qu’espace de suspicion et de silence.

    L’amitié et l’amour je ne les construis pas seul car ils sont alors promis à l’échec.

     

    Je veux reconnaître cela : ce qui est fait dans mon dos me déstabilise toujours.

    Lorsque je me sens déstabilisé, je me sais avoir été froissé, peiné, vexé, blessé.

    Vexé par mes amis n’a jamais su faire de moi bon conseiller en affaires d’amitié.

    Je veux me déclarer être le seul conseiller dans ce qui me permet d’être un ami.

    Ami, j’aime l’être tant que je suis en belle compagnie de celui qui aime partager.

     

    L’un des obstacles à l’amitié est pour moi ce qui l’abime sans que je le provoque.

    Je me sais perfectible en tout autant que je peux me reconnaître avoir su bien faire.

    Me blessent ces personnes de qui je suis l’ami lorsqu’elles peinent ceux que j’aime.

    Je déclare : mon libre arbitre est le plus efficace baromètre dans toutes mes amitiés.

    Personne ne peut en amitié me leurrer trop longtemps au-delà d’un constat d’échec.

     

    Comptable de mes déceptions je sais l’être et n’avoir jamais plus besoin d’en parler.

    Aucune de celle infligée n’efface jamais une précédente : elle s’additionne toujours.

    Je ne me veux plus me donner du temps pour accepter d’être dans faux semblants.

    Entre adultes l’amitié est bien trop précieuse pour que quiconque ignore ses règles.

    L’amitié pour moi ne se défend pas : elle se vit, se partage, rend heureux, se renforce.

     

    Là, je veux dire cela : ma plus légitime attente en amitié est d’y partager belle amitié.

    Là, je veux clamer cela : ma plus intime aspiration en amitié est d’y vivre en confiance.

    Là, je veux affirmer cela : ma plus belle réussite en amitié est de n’y être pas dépouillé.

    Là, je veux raconter cela : ma plus agréable émotion est celle que je partage entre amis.

    Là, je veux partager cela : ma plus constante exigence en amitié est : sincérité toujours.



    « Souvenirs de Vesoul...L'art contemporain à Metz est aussi dans la rue... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    21
    gavroche
    Dimanche 5 Mai 2013 à 22:06
    gavroche
    heureux celui qui a un veritable ami
    tes mots sont touchants et j'ai aime les lire,
    bonne journee
    20
    Vendredi 19 Août 2011 à 19:02

    je suis rentré de ma fraîcheur ....ou je t'ai écris....là çà va....mieux....je viens un peu te taquiner.....te censurer....ptdr...je te l'ai dis ce matin....tu es trés fort dans l'art ....celui de placer trés haut la barre de ta littéraire écriture....cela te permet de jouir du plaisir de paraître celui qui.....celui avec qui on tombe d'accord...en tombant dans son piége doré.... F R... JE TRADUIS : fou rire...y a des petits pépés qui ne savent pas...mouahaaa...c'est vrai qu'à priori j'aurai pû faire pareil....mais je ne t'apprendrais rien en te disant....que chacun à un maillon  faible....tu sais trés bien lequel et auquel je pense.....mais il est léger .... et ne résiste pas à l'amitié qui es la nôtre et celle que j'ai pour toi....voilà mon maillon faible à moi....allé ami marc ... le petit coquin de metz...au sud aussi il y a aussi un coquin...qui te souhaite une bonne soirée ...content d'être venu te taquiner....à toi ami marc
    amitiés du sud
    sumadrad.c b
    au fait tu ne sais pas ce que veux dire : .c b  ?

    19
    Lundi 22 Février 2010 à 09:39
    Marc de Metz




    Si mes amis(es) lisent ce texte, je dois normalement pouvoir faire l’économie de devoir leur en parler… Merci de cette visite et de l’avoir signée avec vos mots. @micalement, Marc de Metz. Bonne semaine.

     

    18
    Lundi 22 Février 2010 à 02:18
    Mario Gregoire
    Voua allez vouloir en parlez à toute vos amis. c'esr merveilleux!
    17
    Vendredi 29 Janvier 2010 à 07:00
    Marc de Metz

    Ce jour encore, naissant là, il va cailler ici dans cet Est en vrai hiver cette année. Bon séjour sur tes lattes, bien au chaud… Je t’embrasse, Marc de Metz sous Hiver… Nous devrions avoir du soleil me confie Madame Météo.

    16
    Jeudi 28 Janvier 2010 à 07:31
    Marc de Metz

    Domajj et moi sommes devenus amis.

    Nous nous sommes rencontrés.

    Nous nous rencontrerons très bientôt.

    Je lui accorde l’entière responsabilité de ses dires…

    Je t’accorde Brigitte la même chose en toute amitié.

    @ tout à l’heure à Nancy, Marc de Metz.

    15
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 20:14
    brigitte vidvard
    Domajj doit bien te connaître, j'adore son commentaire d'hier à ton sujet.... bonne soirée et à demain (si le temps le permet...) bizzz
    14
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 08:57
    Marc de Metz

    Bonjour Colas, je ressens avoir « capté » déjà une partie de ce message très amical de ta part dans ces échanges que nous avons déjà eu et que je souhaite avoir avec toi, après réception de ces mots une amitié traduite alors dans d’autres mots. Je n’ai pas eu le sentiment d’écrire un grand cri d’amour. J’ai juste celui de me décrire dans ce que j’ai envie de qualifier de maturité dans bien des affaires relationnelles et en particulier dans celles qui me concerne en amitié. J’apprécie vraiment ce message d’amitié de ta part. Bonne journée, je file au boulot. @mitié de Metz, Merci encore Colas. Marc.

    13
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 08:47
    Marc de Metz

    Bonjour Aubert59. Je sais avoir vécu à l’envers de moi pendant que je cherchais qui était mon « moi » durant trois dizaines d’années au moins. Presque tout m’est arrivé pendant cette période. Je vis maintenant de l’autre côté de cette longue recherche douloureuse, partagé entre un immense potentiel à vouloir vivre l’amitié et une viscérale certitude que pour moi l’amitié ne peut être partagée dans une relation décevante qui devient très vite blessante au point d’être dérangeante, puis simplement invivable. Ce que j’ai compris de ma vie, c’est qu’un ami ne l’est que tant que je le considère, que je le ressens simplement sincère. Merci de ce que tu dis de ces relations que tu aimes avoir avec certaines personnes ici par exemple sur OB. Je les sais moi aussi porteuses de très belles rencontres et je n’en regrette que l’aspect « virtuel » lorsque qu’une grande distance me sépare de mes amis de mots. Je t’embrasse, merci pour ce commentaire, et là je file au boulot… J’y ai une foule de diverses relations, j’y passe de très bons moments aussi. @mitié, Marc de Metz.

     

    Tu as eu raison d’imaginer que ce partage de tes épreuves en amitié, et surtout ce que tu me confies, venant de toi, ne me surprend pas du tout… Merci.

    12
    Mercredi 27 Janvier 2010 à 08:36
    COLAS
    Joli texte Marc . C'est un grand cri d'amour auquel je fais echo ! L'amitié est l'essence même de l'amour car c'est la communion de toutes les âmes qui s'abreuvent en un même calice . Je t'offre mon amitié , comme ça , simplement et sans faux semblants ni esprit de traîtrise . Salut . COLAS
    11
    Mardi 26 Janvier 2010 à 19:56
    Marc de Metz

    Au bout de ton commentaire Domajj ; il me touche énormément, je ne veux qu’écrire peu. Nous en parlerons de vive voix, je le sais, je le sais comme tu le sais… Je veux juste écrire pour te dire Domajj, qu’en amitié, je sais y entrer avec plaisir et surtout je sais m’en retirer lorsque ce plaisir est terni par des agissements que je n’accepte pas car ils sont mesquins autant que blessants. Mesquins signifie pour moi enfantins et alors ils sortent de mon entendement d’adulte.

    Merci pour ce que tu partages là avec moi, et merci d’avoir trouvé des mots et des mots pour m’accompagner dans ce constat au bout de ma patience d’ami envers qui depuis quelques semaine n’a pas tenu ni à me ménager, ni à me permettre plus d’être simplement en confiance dans notre relation. Je t’embrasse, @mitié de Metz qui là subit une soirée glaciale… Marc.

    10
    Mardi 26 Janvier 2010 à 19:48
    Marc de Metz

    Merci Gavroche, je les souhaite n’être perçus que comme sincères !

    Ils sont ma vérité, ma liberté de dire et d’être alors mieux compris…

    Celle de faire passer un message.

    Parfois les messages ne sont pas lus…

    Peut m’importe, j’ai traduit ma réalité dans ces mots.

    Je t’embrasse, @mitié de Metz, Marc.

    9
    Mardi 26 Janvier 2010 à 19:23
    aubert59
    comme je suis OK avec toi et je suis sure que tu n'en doutes pas
    l'amitié égale sincérité, confiance, avoir quelq'un sur qui nous pouvons compter lors des mauvais moments, partage de tout, des joies et des peines, et la trahison, l'abandon quand nous pensions avoir confiance en quelqu'un est une épreuve que nous nous remettons difficilement et qui marque à vie, du moins pour mon cas, depuis 97, je n'ai toujours pas admis d'avoir été abandonnée lors du décès de mon père, en plus ils se sont moqués de moi, ils riaient derrière mon dos et causaient du tort mais aujurd'hui je me rends compte que je ne suis plus seule, j'ai trouvé l'amour avec mon compagnon, j'ai trouvé des amis au sein du milieu médical, certes ces derniers, je les respecte en tant que tels dans leur profession mais je sais que je peux compter sur eux et parler en toute confiance, par contre j'ai abandonné toutes ces grenouilles de bénitier, ces hommes se voulant représenter dieu sur cette terre, certes je garde une certaine foi mais je la pratique à ma manière plus en sein de cette foutue église et en plus depuis que j'ai mon blog, je me rends que nous ne nous voyons pas physiquement mais nous pouvons compter sur l'un ou l'autre, il y a toujours qulequ'un qui passe et laisse un commentaire qui nous remonte le moral, quelqu'un avec qui nous pouvons partager discuter et aprrendre que l'amitié existe  et comme tu le sais Marc, tu comptes parmi mes amis bloggueurs beaucoup, tu lances un appel et nous te répondons, je te réponds même pour aider un autre; tu répondstoujours présent à nos commentaires, et je me demandesi il ne faut pas avoir vécu des épreuves pénibles pour comprendre ce qu'st vraiment l'amitié
    sur ce commentaire, il y a peut être des fautes, des répétitions mais je t'écris à l'instant après lu ton texte ce que j'ai sur le coeur et je ne relais pas mon commentaire, je te l'envoie tel que je l'ai pensé sur le mment, sur le vif de l'action mais je suis sure que tu ne me tiendras ps rigueur des fautes
    bises, à toi mon ami
    8
    Mardi 26 Janvier 2010 à 19:04
    Marc de Metz

    C’est bien ce que je dis : impensable de dire un ami en devenir d’amitié : surtout, ne me prend pas pour un imbécile, surtout ne me manipule pas, surtout ne te risque pas à me blesser volontairement… Ce serait en effet la plus mauvaise entrée en matière en amitié… Ne sois pas trop triste, l’amitié ne m’enlève plus jamais rien, j’en accepte d’avance qu’elle puisse n’être plus ! J’ai trop été blessé par des amis(es) dans le temps pour que je le sois de la même façon aujourd’hui en cas d’échec. Je t’embrasse, @mitié de Metz, Marc. Je ne renonce pas à l’amitié réelle, loin s’en faut…

    7
    Mardi 26 Janvier 2010 à 18:48
    chronique
    Mais un vrai ami ne devrait pas se voir attribuer un "seuil de tolérance". La simple pensée que cette pensée puisse m'effleurer m'indiquerait tout simplement que cette personne n'est plus mon Ami (e).

    Je te sens attristé par cette affaire et cela me peine vraiment. Nous nous connaissons depuis peu mais c'est ce que je ressens pour toi.
    6
    Mardi 26 Janvier 2010 à 18:27
    Marc de Metz

    Merci Marielle, vous êtes plusieurs que j’aime avoir comme amis(es) au bout de mes mots et des vôtres. Cette amitié que j’aime partager avec vous est ce qui me fait m’appliquer dans ce que je montre sur ce blog de moi. Bonne soirée Marielle, je t’embrasse très fort et je ne regrette qu’une chose entre toi et moi cette distance entre nous. @mitié de Metz, Marc. Bonne soirée, la notre sera sibérienne car nous avons ici du vent d’hiver.

    5
    Mardi 26 Janvier 2010 à 18:24
    Marc de Metz

    Ce que je ne réussis pas encore à préciser à quiconque souhaite m’avoir pour ami, c’est que j’ai un seuil de tolérance qui ne me permet pas d’aller au-delà de plusieurs déconvenues, déceptions et autres mauvaises surprises… Ce seuil varie en fonction de ce que moi je peux ne pas avoir bien fait pour construire et faire vivre cette amitié dans l’harmonie et la confiance. Si je me suppose avoir failli, je vais alors me rendre très très tolérant et patient… Si je ressens n’avoir absolument rien fait pour accepter que l’autre me froisse, me blesse, me déstabilise et surtout me peine de plus en plus…là je me retire en douceur, pour avoir le temps de faire un nouveau deuil en amitié… En douceur signifie que je ne dis rien, mais que je disparais un jour complètement de l’environnement de cette personne. C’est ma façon intime de renoncer… Là, j’ai vu un visage qui n’est pas celui que j’aime chez un ami depuis des mois… L’une des choses que je sais faire le mieux dans ma vie c’est d’assumer mes renoncements. Merci pour ce commentaire, il me touche, et c’est en terminant par @mitié que je te quitte au bout ce ces mots… Je t’embrasse, @mitié de Metz, Marc.

    4
    Mardi 26 Janvier 2010 à 17:40
    chronique

    Je me sens en peine de lire ces mots qui cachent entre ces lignes déception et cortège de maux.
    Difficile d'admettre que celui qui se disait un ami
    puisse avoir ce visage qu'on ne lui connait pas
    L'idée même qu'il ai pu le faire est souvent objet de surprise et
    de stupéfaction.

    L’oubli de cette soit disant amitié a été la seule arme que j’ai trouvé et la plus noble aussi. Trahie certes mais fidèle à mes principes.
    Douces pensées Mon Ami.

    3
    Mardi 26 Janvier 2010 à 17:05
    Marielle
    Pour toutes ces raisons je crois que l'on peut être fieres
     d'avoir la chance d'être parmi tes ami(e)s
    Je t'embrasse, mon ami Marc. Sincère amitié du Berry. Marielle
    2
    Mardi 26 Janvier 2010 à 09:32
    Domajj

    Bonjour Marc,

     

    Tu as bien raison de ne pas te censurer… la cause en est noble et c’est aussi cela que j’aime en toi, mon Ami.

     

    J’avais donc bien compris des mots prononcés lors d’une de nos conversations téléphoniques…

     

    Je te sais pouvoir tourner la page,

    Je te sais souffrir en silence,

    Je te sais savoir faire ton deuil très très vite,

    Je te sais malheureux de ce choix,  

    Je te sais trahi,

    Je te sais incapable d’accepter la tromperie,

    Je te sais incapable d’accepter la muflerie,

    Je te sais incapable d’accepter le complot dans ton dos,

    Je te sais donner ton amitié entière et totale,

    Je te sais être un ami fidèle,

    Je te sais être honnête,

    Je te sais un ami généreux tant sur les sentiments, que sur les cadeaux que tu offres,

    Je te sais sans jugement autre que clément,

    Je te sais donner toujours une nouvelle chance à ceux que tu aimes, Je te sais ne pas être moralisateur,

    Je te sais amuseur,

    Je te sais aussi amusant,

    Je te sais rieur,

    Je te sais moqueur,

    Je te sais joueur,

    Je te sais charmeur,

     

    Je me sais comprendre ton choix, je me sais l’accepter car il ne dépend que de toi, je me sais te soutenir en ces moments difficiles pour toi, je me sais comprendre parfaitement ce que tu ressens, je me sais être auprès de toi dans ces moments-là, je me sais ne rien dire pour ne pas t’offenser, je me sais me taire pour te laisser digérer, je me sais te faire de gros bisous pour diminuer ta peine.

     

    Je sais que tu sais depuis longtemps que ce choix allait s’imposer à toi, je sais que tu as travaillé sur cette éventualité depuis longtemps déjà. Les choses se sont mises en place tout doucement, pour que tu ne souffres pas, tu t’es préparé, je le sais, je l’ai vu car je fonctionne comme toi. Il faut savoir se préserver… et ça, depuis longtemps déjà, tu sais le faire et le faire bien.

     

    Comme je suis d’accord avec ton texte, Marc, complètement et irrémédiablement d’accord… Tes mots sont les miens et je m’y sens vraiment bien.

     

    J’adore la phrase ci-dessous, pardon de l’avoir copiée mais elle est pour toi, parce que par toi…

    1
    Mardi 26 Janvier 2010 à 08:59
    lorraine
    je vais pouvoir aller écraser mes lattes avec ton beau texte dans la tête merci et biz bonne journée et couvres-toi bien car il caille par chez toi dans ton bel Est à ce soir
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :