• Chat-fille de Metz : Cannelle...

      undefined


    Cannelle
     

    Petite et fragile chat-fille, si seule durant nos absences, depuis que ta compagne nous a quitté. Tu es bien, involontairement ,devenue l’unique présence animale dans nos vies après le départ de Raoule. Nous te savons définitivement privée d’elle depuis la mi-décembre d’une année 2006. Je te demande pardon de t’avoir ravi Raoule pour, bouleversé, la confier alors à notre bon docteur-chats. Pardonne-moi, toi que nous appelons encore bébé Cannelle tous les jours, d’avoir alors su tenir ma promesse de laisser partir Raoule lorsque le moment serait venu. Tu le sais, il ne me fallait ne penser qu’à elle, trop soudainement et trop douloureusement, dépouillée par sa maladie de ses forces vives. Même si je la savais fidèle et exclusive compagne de ta vie, je ne devais pas la retenir de force dans nos vies. Depuis, je peux te confier que je doute que les chats aient neuf vies, car la plus adorable des vôtres n’en aura eu qu’une !
     


    undefined

     

    Pardonne-moi d’avoir ramené vide sa boite de transports ce soir du 11 décembre. Je l’ai laissé à la porte de notre appartement, sur ce pallier qui vous servait de terrain de jeux, pour la soustraire de ta vue puisque Raoule n’allait pas en sortir pour te rejoindre sur votre fauteuil préféré. Déjà la veille j’avais, le cœur écrasé d’une peine pourtant qu’à venir, enlevé son bol à croquettes.
     



    undefined

     

    Nous t’avons épié depuis pour tenter de savoir comment tu survivais sans l’amie de tes matinées, de tes siestes, de tes nuits de tes jeux. Tu es depuis, notre petite-vieille-dame-chat-fille que nous considérons toujours comme notre bébé Cannelle, alors que tu as eu en juillet dernier quinze ans. Peut-il en être autrement, puisque pendant plus de douze ans tu as été la plus espiègle, la plus affective, la plus délurée, la plus joueuse, la plus fine, la plus légère de nos deux filles-chat ? Depuis nous te savons mélancolique, triste et dépressive. Nous tachons de te soulager en te soignant car nous aimons t’avoir avec nous. Oui, nous n’ignorons pas que toi tu es moins heureuse, depuis que tu vis seule avec nous pour uniques compagnons de vie et de jeux. Rappelle-toi pourtant bébé Cannelle, que je t’ai invité à rester très longtemps avec nous !
     
    Mon bébé Cannelle, à toi aussi je promets de savoir te respecter dans ton intégrité d’animal et de ne jamais te retenir de force, si tu devais à ton tour devoir nous quitter abîmée et épuisée par une maladie. Aujourd’hui, tu es là entre le clavier et moi, si envahissante que je dois te prendre et te déposer à terre avant que tu ne reviennes… Ce soir tu seras sur moi devant la télé, cette nuit contre moi sous la couette… Je sais avoir envie que cela dure des années… J’espère que cela adoucit quelque peut ta vie avec nous.

    Ce printemps un soir nous t’avons trouvé basculée dans une épouvantable et brutale impossibilité de te tenir debout ! Tu venais de faire un grave AVC. J’ai pensé, nous avons pensé t’avoir perdue. Mais aujourd’hui tu es encore là après une semaine de soins intensifs chez ce merveilleux docteur de chats. Il t’a rendu à nous en nous promettant à mi-mots que tout pourrait aller bien… Il avait raison ! Nous te soignons depuis, nous t’avons vu renaitre, nous t’avons encore dans nos jours et dans nos nuits… Tu as récupéré au-delà de nos espérances et tu vis à nouveau ta vie ici près de nous.

     
    Raoule
      
    Grosse boule noire de tendresse, de placidité, de gentillesse et goulue à bout de vie, un soir de décembre, je t’ai laissé t’en aller en plantant dans tes yeux si étrangement voilés mon désespoir de te perdre. Je savais que je te devais ce grand voyage si loin de nous, te remerciant encore et encore d’avoir été une si merveilleuse présence dans ma vie, dans notre vie, dans la vie de Cannelle avec qui tu auras eu une relation fusionnelle.

    Je savais, ce lundi matin, en te prenant en photo sous la table, là où tu venais de te traîner dans un effort terrible depuis ta caisse, que je faisais les dernières photos de toi. Aujourd’hui, plus d’un an après j’ai gardé intact en moi l’émotion de cet instant, qui me faisait savoir que tu allais ne jamais revenir avec moi, de cette consultation chez le vétérinaire. Il m’avait demandé, lorsque je j'étais allé le rencontrer le vendredi, de te garder près de nous ce week-end où ton état n’a fait qu’empirer : alors j’avais compris !
     
    Raoule, j’ai détesté et Bernard aussi, t’infliger durant des années ton traitement contre ton diabète. Lui seul pouvait te permettre de vivre, grâce à ces injections d’insuline que tu acceptais pourtant si facilement deux fois par jour. Puis, un mercredi soir, sans que rien ne nous y ait préparé, tu es restée avachie, sur ton fauteuil, à l’heure de ton repas…
     
    Ce fut un constat alarmant pour nous, particulièrement angoissant autant qu’inquiétant dès ce moment là. Je te fais grâce Raoule, de tout ce qui t’est arrivé au fil des heures de ton renoncement. De ces heures passées sur ton fauteuil, duquel, je tentais de t’extraire doucement pour te faire manger, trop si peu, ou pour te déposer, trop lourde et trop inerte devant ta caisse, avant de t’y réinstaller, certain que tu n’en bougerais pas. Toi et moi, devions savoir que nous allions nous quitter prochainement. Je voulais, je devais déjà ne penser qu’à toi surtout en le faisant sans m’autoriser à douter, réussir à ne pas te retenir de force avec nous.
     
    J’ai longuement discuté, tristement, de ton devenir avec le docteur chat, lui demandant de tout mettre en œuvre pour ne pas que tu souffres inutilement. Il aura fait le nécessaire pendant trois jours et deux nuits durant lesquels, entièrement dépendante de son savoir et de sa douceur, tu as pourtant perdu toute chance de rentrer chez toi, pour nous y retrouver et reprendre ta vie avec Cannelle.  
     
    Mercredi soir, 13 décembre 2006... une injection, faite si doucement, si proche de mon visage car tu le sais, j’avais posé ma joue contre la tienne pour te dire adieu ,et ne pas te laisser seule affronter ta délivrance. Je te devais cela mon animal de si fantastique compagnie. Je te devais mes larmes. Je te devais celles accompagnant les heures après mon retour sans toi, celles de la vie ici sans toi, celles du devenir de ta compagne, de notre Cannelle. Je te remercie Raoule d’être partie si calmement, si sereinement alors que  déjà trop abîmée par cette maladie qui bloquait tes muscles et te privait de ton corps. Adorable compagne qui aura eu, j’en suis certain, le souci de m’épargner… de nous épargner par une trop longue et pénible agonie. Merci ma Raoule, tu nous manques ! 

    « Seulement quelques façades de Metz...Trafic de couleurs : Bleu Anchorage »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    18
    gavroche
    Lundi 6 Mai 2013 à 00:00
    gavroche
    tres beau tres emouvant vous avez beaucoup de tendresse a donner
    vous la partagez tres bien avec nous merci
    bonne soiree
    17
    Mardi 3 Novembre 2009 à 18:25
    Marc de Metz

    Plus rien de ce que nous partageons avec nos animaux ne me surprend.

    J’ai vécu tellement de choses exceptionnelles avec mes petites compagnes.

    Ils sont le plus souvent eux aussi dans notre cœur après leur départ.

    Merci pour ce commentaire. @micalement, Marc de Metz.

    16
    Lundi 2 Novembre 2009 à 20:39
    claire
    oui marc ils restent dans nos vies mais la petite chatte Myiou compagne de Polaire y est entrée de maniere tellement etrange qu'on dit d'elle qu'elle fait de la téléchathie!
    15
    Lundi 2 Novembre 2009 à 20:32
    Marc de Metz

    J’ai appris combien ces animaux que nous avons aimés savent rester dans notre vie même après leur départ… Nous n’avons plus que Cannelle qui est « malade » mais en allant le mieux possible depuis son AVC de mi-juin. Merci pour ce commentaire qui me touche beaucoup. @micalement, de Metz, Marc. Bonne soirée à toi.

    14
    Lundi 2 Novembre 2009 à 18:57
    Marc de Metz

    Je ne me suis jamais senti en détresse après le départ de Raoule.

    Mais je pense à elle tout les jours moi aussi mais sans vraie tristesse.

    Elle manque tellement et surtout à Cannelle, si seule depuis trois ans.

    Tout ce que tu dis de ta relation avec ta petite compagne je le vis ici.

    Cannelle est une chatte qui « parle »… Facile de la comprendre.

    Facile de savoir aussi ce qu’elle veut, oui elle « parle »…

    Je t’embrasse Domajj, très fort. @mitié de Metz, Marc.

    J’espère qu’un jour tu écriras aussi pour raconter ta vie avec Calypso.

    13
    Lundi 2 Novembre 2009 à 18:53
    Marc de Metz

    J’ai eu moi deux enfants devenues très adultes.

    Je peux dire combien je n’ai jamais été déçu par Raoule et Cannelle.

    Je peux dire combien je peux être déçu et même plus au sujet de mes filles…

    L’amour des animaux c’est aussi de l’amour, il est lui tendre et permanent.

    Cannelle est heureuse, nous faisons tout pour qu’elle le soit longtemps…

    Bonne chance avec votre compagnon et je vous souhaite que tout aille bien.

    @mitié de Metz où ce n’est que ce lundi soir que je te réponds…

    J’ai eu la visite d’une amie et c’est elle qui m’a tenu loin de mon blog.

    Marc de Metz, je t’embrasse.

    12
    Lundi 2 Novembre 2009 à 18:09
    Marc de Metz

    Ton commentaire me touche beaucoup.

    Je raconte, j’écris, je vous laisse alors  vous faire alors une opinion sur moi.

    Je ne me dévoile pas entièrement, mais je dis les choses de ma vie…

    Je ne démens rien de ce que tu dis de moi…

    Merci, bonne soirée, @mitié de Metz.

    11
    Lundi 2 Novembre 2009 à 17:55
    Marc de Metz

    Merci mon amie pour ce commentaire là.

    J’aime aussi parler de Raoule et de Cannelle.

    Cela va faire trois ans que Raoule est partie.

    Cette histoire je la ressens comme inévitable.

    J’aimais Raoule, je l’ai soignée, elle est morte.

    Je ne suis pas triste là lorsque je parle d’elle.

    Je suis juste capable de dire qu’elle me manque.

    Je t’embrasse, bonne soirée à vous deux, Marc de Metz.

    10
    Lundi 2 Novembre 2009 à 17:41
    Marc de Metz

    Je trouve ce lundi soir enfin le temps enfin de répondre à ton commentaire, après la visite formidable de mon amie Laure. Je n’ignore pas que nous sommes très nombreuses et nombreux à avoir perdu un animal, des animaux. Je sais que c’est terrible pour l’avoir vécu avec Raoule, mais je sais que cela fait partie de notre vie avec eux, ces animaux qui méritent notre amour. Merci pour ce commentaire, @micalement de Metz, Marc.

    9
    Lundi 2 Novembre 2009 à 17:35
    Marc de Metz

    Je ne peux pas dire que j’ai « enduré » avec Raoule… Je peux dire que la peine a été énorme mais que je l’ai décidée ne pas pouvoir durer dans le temps… Cela ne m’empêche pas de penser à elle très très souvent car elle a été une compagne exceptionnelle et aussi pour Cannelle. Cannelle reste seule le plus souvent entre 9h00 et 17 :00 et je sais qu’elle sort énormément. Je t’embrasse Arwen. Je trouve ce lundi soir enfin le temps enfin de répondre à ton commentaire, après la visite formidable de mon amie Laure et j’en suis heureux car je n’aime pas être en retard dans mes réponses. Marc de Metz.

    8
    Lundi 2 Novembre 2009 à 17:28
    Marc de Metz

    Je trouve ce lundi soir le temps enfin de répondre à ton commentaire. Je nous sais celles et ceux qui partageons notre vie avec nos animaux redouter qu’à cela un jour il y aura une fin… Pour nous il est clair que Cannelle est notre dernière compagne ici. C’est terrible et si normal en même temps de les perdre ! Mais en attendant notre Cannelle est ici omniprésente dans notre vie et cela c’est encore du bonheur. Je t’embrasse, @mitié de Metz, Marc.

    7
    Dimanche 1er Novembre 2009 à 09:23
    claire
    merci pour tous ces mots si beaux que je n'ai pas su dire quand nous avons du emmener Polaire la grosse chienne chez le veterinaire.
    nous avons 2 chats maintenant et la lus vieille a longtemps cherché Polaire... quant à moi je l'entend toujours parfois dans la maison ou en promenade...
    merci
    claire 
    6
    Samedi 31 Octobre 2009 à 08:15
    Domajj
    Bonjour Marc,

    C'est les larmes coulant de mes yeux que je termine ce texte et que je t'envoie ces quelques mots.... Je connais ta détresse pour l'avoir reconnue dans les tous premiers mots de ton texte...
    Je connais ta détresse pour l'avoir moi-même connue avec Calypso, ma chatte que j'ai tant aimée... Elle me le rendait bien, la petite bougresse... et comme Raoule, elle dormait toujours près, tout près de moi... elle savait me parler avec ses yeux, et aussi avec sa voix... je sais que tu comprendras de quoi je parle car oui, les chats sont très proches des humains et sont capables de nous parler et nous sommes capables de les entendre si nous savons les aimer assez pour en être capables...
    Je vais sans doute écrire un texte sur Calypso, elle a tellement été importante pour moi, lançant même des feulements en direction de JJ quand il criait trop fort et se mettant devant moi, comme en rempart... elle était comme ça cette toute petite minette qui a pris tant de place dans mon coeur et ma vie.
    Il n'est pas un jour sans que je pense à elle... Elle me manque tellement...

    Bonne journée à toi, Marc, mon ami.
    Je t'embrasse très fort et te dis @très vite.
    Amitié de terres de Champagne.

    Domajj
    5
    Vendredi 30 Octobre 2009 à 22:58
    aubert59
    là tu nous touches, Marc, comme tu l'as aimée ta chatte et cannelle a la chance d'être avec vous et d'être heureuse et dorlotée
    notre chien a  9 ans bientôt et cette année ila commencé à faire des crises d'épilepsie, il est maintenant sous traitement pour 6 mois après on voit si il en refait se sera à vie, ah ces bêtes comme on y tient, ils sont un peu nos enfants et surtout pour nous qui n'avons pas la chance d'en avoir, et elles nous en font dire des  paroles et elles nous le rendent bien mieux que certains hommes
    bises
    4
    Vendredi 30 Octobre 2009 à 17:05
    Violette Dame mauve

    Je suis si émue que j'ai du mal à pianoter sur mon clavier. Une très belle histoire d'amour et dommage aussi si triste. En tous les cas c'est un merveilleux hommage à Raoule. Difficile d'en dire davantage, tu as absolument tout dit...
    Bonne soirée
    Je t'embrasse
    Violette

    3
    Vendredi 30 Octobre 2009 à 10:52
    Ton récit m'a profobdément émue et remis en mémoire le départ de mon chien ; il y a un peu plus de 2 ans ...
    Amitiés
    2
    Vendredi 30 Octobre 2009 à 10:00
    Arwen
    Mon cher Marc,

    Quel beau récit émouvant et plein de tendresse pour Raoule et Canelle.....
    J'imagine bien ce que tu as du endurer avec Raoule mais dis-toi qu'aujourd'hui elle est au paradis des minous et je n'ai aucun doute sur le fait qu'elle a du avoir une belle vie de chat avec toi....
    Canelle est là, même si elle est seule dans la journée, je suis persuadée qu'elle ne t'en veux pas...Elle sait qu'à ton retour elle sera calinée et soignée comme il se doit......

    Merci Marc, mon ami,  pour ce beau partage

    Bisouuuus

    Amitiés

    Arwen

    1
    Vendredi 30 Octobre 2009 à 09:47
    mary-pascale
    moi aussi, j'ai des chats et un chat noir comme Raoule et une boule de rousseur blonde comme Cannelle!
    Ton texte m'a bouleversé et je pense souvent au moment où l'un de mes 4 chats va partir et là, serrement de coeur! Lorsque mes chiens sont morts, j'avais dit: plus jamais d'animaux à la maison! Trop de chagrin et les chats sont venus s'installer! Ils ont trouvé la maison à leur goût et depuis, ils sont les rois!!
    Bonne journée, Marc et gros bisousssssss
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :