•  

    undefined

     



    Un brevet / des posés ?
    Un plat / des salés ?
    Un avion / des tournées ?
    Un coq / des plumets ?
    Une arme / des gainées ?
    Une épave / des rives ?
    Un anxieux / des ridés ?
    Un enfant / des couches ?
    Un stressé / des tendus ?
    Un fruits / des fendus ?
    Un massage / des tendus ?
    Un mensonge / dés avoués ?
    Un article / des finis ?
    Une mer / des montées ?
    Une affirmation / des mentis ?
    Un produit / des rivets ?
    Un fruit / des fendus ?
    Un poisson / des criées ?

    D'autres "Mes pluriels" sur notre blog... dans "Des mots à partager".

     
     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    4 commentaires
  • undefined  


    Mars, citoyennes, citoyens, nous sommes rappelés à leurs urnes,
    Pour ce faire, exit nos désillusions, oubliées les promesses non tenues,
    Il n’est, et de plus pressant, que de réussir à nous protéger les burnes,
    Réinvités par notre démocratie à ce combat redouté car d’avance perdu…
     
    Point n’en faut de trop de cette fatalité souvent réductrice d’avenir,
    Dédions à cette échéance nos plus viscérales aspirations d’un mieux,
    Acteurs de ce devenir collectif ils nous veulent sans avenir nous bâtir,
    Avril, mois pour une nation sacrifiée ou mois pour un futur radieux ?
     
    Peuple leurré par excès d’épargne sur notre individuelle prospérité,
    Citoyennes, enfants d’en bas ou d’en haut d’un pays France à sauver !
    Citoyens, engoncés dans une patrie dessinée franco-française étriquée,
    Isoloirs de la république, alliés de notre ultime choix, vous nous méritez.
     
    Politesse que celle à leur attente savoir répondre par notre participation,
    Politique que ce devoir accompli par nous sur fond d’affiches racoleuses,
    Ludique pour certain d’amener son choisi aux plus difficiles fonctions,
    Pour d’autres dramatique que le résultat rende notre belle France honteuse.
     
    Il n’est d’autre devoir que celui de répondre à l’appel de notre démocratie,
    Bulletin fromagé ou poiré témoignage comptable de notre expression,
    Enjeux percutés, entre ceux qui savent et ceux trop nombreux encore indécis,
    Vote endimanché ne soit pas pour notre envie d’avenir qu’une récréation.
     
    Je dois voter, tu dois voter, il elle doit voter, Nous devons voter, vous devez voter, ils, Elles doivent voter… Nous devons tous allez Voter : faites voter ! 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    8 commentaires
  • undefined

     


    J'ai écris ce texte à la veille des élections présidentielles 2007. Je regrette que rien n'aie changé sous notre ciel de France qui puisse me rendre optimiste. Pourtant nous devons tous retourner aux urnes. Cette fois, nous avons toutes et tous une expérience personnelle, sociale et économique de l'après mai 2007... Je sais qu'il est aujourd'hui d'une actualité importante...



    Avril, citoyennes, citoyens, nous sommes rappelés à leurs urnes,
    Pour ce faire, exit nos désillusions, oubliées les promesses non tenues,
    Il n’est, et de plus pressant, que de réussir à nous protéger les burnes,
    Réinvités par notre démocratie à ce combat redouté car d’avance perdu…
     
    Point n’en faut de trop de cette fatalité souvent réductrice d’avenir,
    Dédions à cette échéance nos plus viscérales aspirations d’un mieux,
    Acteurs de ce devenir collectif ils nous veulent sans avenir nous bâtir,
    Avril, mois pour une nation sacrifiée ou mois pour un futur radieux ?
     
    Peuple leurré par excès d’épargne sur notre individuelle prospérité,
    Citoyennes, enfants d’en bas ou d’en haut d’un pays France à sauver !
    Citoyens, engoncés dans une patrie dessinée franco-française étriquée,
    Isoloirs de la république, alliés de notre ultime choix, vous nous méritez.
     
    Politesse que celle à leur attente savoir répondre par notre participation,
    Politique que ce devoir accompli par nous sur fond d’affiches racoleuses,
    Ludique pour certain d’amener son choisi aux plus difficiles fonctions,
    Pour d’autres dramatique que le résultat rende notre belle France honteuse.
     
    Il n’est d’autre devoir que celui de répondre à l’appel de notre démocratie,
    Bulletin fromagé ou poiré témoignage comptable de notre expression,
    Enjeux percutés entre ceux qui savent et ceux trop nombreux encore indécis,
    Vote endimanché ne soit pas pour notre envie d’avenir qu’une récréation.
     
    Je dois voter,
    tu dois voter,
    il elle doit voter,
    nous devons voter,
    vous devez voter,
    ils doivent voter…
    Nous devons tous allez voter
    Faites voter !

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    6 commentaires
  • Image0020bis.jpg

     

     
     
     
       Mars en Metz, n’est jamais l’hiver achevé ni le printemps confirmé,
      Nous y vivons obligés, car contraints, le corps en hiver et la tête en été.
     
      Mars se vêt discrètement d’une lumière rarement racoleuse à Metz,
      De jours plus longs et de nuits moins froides, elle se veut promesse.
     
      Etranges jours qui ne dénudent jamais nos corps autant que nos esprits,
      Jours trop glacés en matinée, jours trop estivaux après des messins midis.
     
      Mars se moque, dans un calendrier de l’improbable, du changement de saison,
      Metz se rit de mars qui ne réussit plus à nous confiner dans ses maisons.
     
      Chalands nous redevenons en mars par Metz la belle commerciale invités,
      Bras lourds de nos vêtements enlevés, remis, réenlevés par nous les initiés.
     
      Mars en Metz, décline le temps sans jamais nous en laisser maîtres,
      Nul jamais ici ne devrait oser de cette vérité se démettre.
     
     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires