• Si je devais avoir supposé n’être ni assez adoré par ma fille cadette, ni assez aimé par ma famille, ni vraiment apprécié par mes (nos) amis, ni assez important aux cœur de mes (nos) potes, de mes (nos) copains et autres relations et bien je me suis inquiété pour rien… absolument pour rien à la vue du nombre de textos reçus déjà durant les premières heures nocturnes de 2008…  En voici mon florilège :

     
    à 23 :08 = Bonne & très heueuse année 2008 :-*B…. et M…… :-)
    (de ma sœur et mon beau-frère… nous étions encore en 2007 ?)
     
    à 23 :44 = Hi. Avant que tout soit saturé, je vous souhaite une excellente année2008. Bisous. Te souviens tu ? En 1979 nous étions au Privé ! ça ne doit plus exister !! Ciao et @++.A….
    (reçu en deux exemplaires… nous étions encore en 2007 ?)
     
    à 00 :29 = Très bonne année à vous deux. Bisous.
     M….. et C…..
    (de mon frère et ma belle-sœur… là étions en 2008 !)
     
    à 00 :35 = Bonne année quoi qu elle reserve ! Bisous
    (là un texto non identifiable car auteur était absent de mon répertoire)
    (j’ai quand même appelé et surprise c’était un très bon ami du bureau)
     
    à 00 :42 = Bonne annèe plein de bisous
    (là un autre texto non identifiable car auteur était absent de mon répertoire)
    (j’ai appelé pour remercier : c’était là aussi un autre ami du bureau)
     
    à 00 :52 = Meilleurs vœux et plein de bonnes choses pour 2008… A…
    (reçu du même auteur que celui du texto de 23 :44… ? mais sympa)

    à 01:00 = Bonne année et tout le bonheur du monde pour cette nouvelle année
    (j’ai rappelé cette amie qui se morfondait déjà et solitairement dans un hôtel de luxe en Alsace dans son lit de location)
     
    à 01 :58 = Santé, joie, bonheur et prospérité. Biz D……..
    (un ami dont je suis resté le meilleur pote au nord de Nancy)
     
    à 02 :19 = Bonne année 2008 P…..
    (l’ami de cet ami dont je suis resté le meilleur pote)
     
    à 11:15 = Bonne année et gros Biz
    (autre message du même ami au texto de 01 :58)
     
    A 12 :06 = Bonne année, plein de bonne chose pour vous. O…..
    (exceptionnel : les vœux de mon neveu. J’ai répondu sur sa boite vocale)
     
    Après ces textos d’une qualité et d’une inventivité actuellement inégalée, je sais que je peux être rassuré… Je vous les ai livré dans leur syntaxe et orthographe originelles. C’est quand même formidable de ne pas avoir à téléphoner mais de se satisfaire d’un envoi d’un texte aussi amical que personnalisé… Merci à toutes et tous et vivement mon anniversaire… voire Pâques ! J’adore trop ces marques d’amitié et d’affection.
     
    Je ne résiste pas à la fierté de vous livrer maintenant et en exclusivité mondiale le contenu de ce texto (mon préféré) qui m’aura lui totalement bouleversé, étonné, fragilisé (je sais, je sais bien que je suis encore bien trop sensible et ce malgré ma maturité naissante). J’ai même été sidéré qu’une telle sobriété de mots pouvait m’avoir laissé aussi pantois que je le fus à la lecture de ce message d’amour, d’affection, de complicité, d’admiration et de respect. Voici l’intégralité (juré promis) de ce texto :
     
    Excellente année à vous et plein d’bisous pour 2008 !!
     
    Ne vous en déplaise, je suis depuis la réception de ce si merveilleux texto réceptionné à 00h32 à la mi-nuit de la Saint-Sylvestre le plus radieux des pères. Dire que si je devais avoir reçu en lieu et place de ce témoignage d’amour de ma fille cadette un simple coup de fil j’aurai fait bien involontairement autant que cruellement l’économie d’une lecture paternelle larmoyante d’émotion de ces neuf mots et de ce chiffre (magique en Chine) 2008.
     
    Sacrés enfants adultes chéris ! Ils ne sont jamais à cours de moyens divers, variés, insolites pour nous surprendre. Ils savent nous imposer leurs sentiments envers nous. Ils ont besoin puisqu’ils nous aiment  de se rappeler à nous même dans des circonstances ou échéances aussi banales que quotidiennes (un réveillon ce n’est que cela… après tout !). Ils veulent même de loin inous dire qu’ils pensent à nous car ils nous aiment… fort ! Emouvante leur obstination à nous aimer en utilisant les mêmes mots, phrases, formules qu’ils destinent sans aucune vergogne à tous les contacts du répertoire de leur portable ! Ils sont merveilleux de savoir si rapidement et efficacement se dédouaner de cette corvée des vœux dorénavant  « textorisés » en sachant expédier d’un seul clic (oui, oui c’est vrai et je vous l’affirme !) un même texto à tous et sans aucune discrimination ou préférence.
     
    J’aime, j’ai besoin d’imaginer que ma fille pragmatique aura eu à cœur de prévoir une version au singulier à l’intention de ses contacts célibataires, veufs, veuves, divorcés(es) ou orphelins(lines) leur disant alors :
     
    Excellente année à toi et plein d’bisous pour 2008 !!
     
    pour n’avoir eu alors, qu’en deux clics, réussi à satisfaire à ses obligations parentales, paternelles, familiales, amicale et sociales voire professionnelles envers la totalité des contacts de son répertoire…
     
    A sa décharge, j’étais prévenu ! En effet, de l’aveu même de ma fille, j’ai appris très récemment que cette année elle réveillonnerait très calmement en compagnie de trois amies chez l’une d’elle au Luxembourg ! Pour ces motifs, moi son père magnanime depuis plus de trente et un an et ce en presque toute circonstance, j’ai réceptionné avec un bonheur indicible ce texto témoignage d’outre-France de l’amour de ma fille.
     
    Un texto rédigé et expédié lors d’une soirée de réveillon tonitruante puisque d’évidence aussi festive que bruyante entre copines de boulot… c’est un vrai bonheur pour un père même s’il ne contenait pas ce texte là :
     
    Papa, je te souhaite une excellente année 2008. je pense à toi. J’espère que tu passes un bon réveillon avec Bernard et vos amis. J’ai hâte de passer vous voir pour vous embrasser et vous souhaiter de vive voix à chacun plein de bonnes choses pour cette nouvelle année. Je t’embrasse, bises à Bernard. Je vous appelle demain avant de passer. Bises.
     
    Nous sommes aujourd’hui le 3 janvier. Je n’ai pas eu envie de répondre à une si touchante attention formalisée par ce texto aussi personnel qu’affectueux et puisque mon silence ne dérange pas ma fille, ne l’indispose pas, ne provoque aucun doute sur la délivrance de son texto sur mon portable et bien je peux être rassuré : tout ira bien en 2008 entre nous deux pour peu que je sache être un papa laxiste plus qu’un papa exigeant…
     
    Le plus extravaguant serait que je prétendre, un jour de 2008, lui faire part de ma déception et mon incompréhension pour ensuite la priver douloureusement de cette odieuse obligation d’avoir le souci affectif de devoir me traiter en tant que père et non pas en tant que copain à l’occasion d’une autre nouvelle année !
     
    J’adore les textos envoyés par les membres aimés et aimant de ma famille. Ils sont devenus tellement plus simples et amicaux qu'un bon vieux coup de fil !

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires